Magazine Société

Diniz et la marche maudite

Publié le 21 août 2016 par Fabianus

Yohann Diniz a vécu un véritable cauchemar sur le 50 km marche ce vendredi aux JO 2016. Alors qu'il était en tête, l'athlète français a été freiné par des problèmes gastriques avant de s'écrouler puis de repartir. DINIZ ET LA MARCHE MAUDITE Yohann Diniz n’est pas un novice en marche et n’a pas attendu Macron (le fameux slogan « en marche ») pour ne pas faire l’économie de ses pieds.
Natif d’une ville proche de Reims, il commence très tôt à marcher et se fait l’arrêt niais car, en lui, un courage tisse sa toile, en lui l’épeire naît.
Pas étonnant qu’il devienne le roi de la marche en détenant, le 15 août 2014, sous la sainte protection de la Vierge, le record du monde de la discipline sur 50 km :  3 h 32 min 33 s, lors des championnats d’Europe de Zurich. Il devient ainsi Champion d’Europe d’un sport curieusement pas très marchand (contrairement au football).
Diniz, avec son pas qui s’tend, hisse l’âme à badiner (Islamabad y naît ?) avec la souffrance. La douleur est son amie, il l’apprivoise.
Et il le faut car la scoumoune lui colle aux baskets pour chaque Olympiade. En 2008, la marche de Pékin échine et Yohann abandonne. En 2012, à Londres, il termine 8ème (toujours aux 50 km) après une défaillance et une chute au 36ème km.
Arrivent les JO de Rio. Yohann croit enfin en son étoile car, dès le début, sa marche est liesse. Il prend la poudre d’escampette et deux minutes d’avance sur ses poursuivants. Alors qu’il pense faire cavalier seul il ressent un problème de selles et redoute des bris d’abattu. Il doit même se soulager en pleine course. Un phénomène rare qui restera dans les annales et, en tous états de causes, le fait de déféquer est d’effet con. Bref, celui qui croyait décrocher l’or vient de se couler un bronze.
Continuera-t-il ? C’est un test impitoyable (cet intestin pitoyable !) ; mais oui, il repart avec courage et ses tripes ! Il pense aux anciens du Tour de France qui avaient aussi des problèmes de boyaux. Ils finissaient par s’en sortir. Il y croit. Puis se remet à douter :
Quand devrai-je abandonner ? Qu’en dira-t-on ?
Mais les « quand-qu’en » vont s’estomper (cesse ton pet !) à la force mentale car l’âme ôte deux [kan] et tripes le somment à ferrailler (triple saut m’a fait railler,  mais là n’est pas le sujet de l’histoire)  même si le moral qui semble les fleurets n'est guère épée. Las, quelques minutes plus tard, à la mi-course, il doit s’arrêter sur le bord de la route. Le lièvre est devenu lent quand le boyau qui se tord tue ! Diniz, en fait, cale et médit arrêts !
Il devient à son tour poursuivant. On le croit retapé, au propre, après avoir été si brouillon. Mais là encore, tout n’est que feu de paille et naît que peu de failles dans l’entreprise de démolition des boyaux qui agacent, triquent.
Diniz s’écroule encore.
Il jaunit à l’idée qu’il est abandonné  ! Pourtant il se relève en dépit d’une chaleur brésilienne qui s’en bat les rayons solaires.
Héroïque, disent certains. Complètement inconscient, lancent les autres.
Au bout de son courage, décrochant la médaille d’or de la bravitude comme dirait l’autre, Yohann finit par terminer cette course maudite à la 8ème place et à 5mn45 du vainqueur.
Il a quatre ans désormais pour se refaire une santé et prendre sa revanche lors des JO de Tokyo, en 2020.
Il restera de son odyssée l’effroyable parcours jusqu’au bout de la nuit, lance sa femme Céline Bré.
Et quand Céline braie !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabianus 1050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine