Magazine

Ground Zero, la musique du 11 septembre

Publié le 22 août 2016 par Antoine Dubuquoy

ground zero,jean-marie potier,le mot et le reste,911Un zeste de jalousie traverse mon esprit. Pourtant ce n'est pas le genre de la maison. Mais sur ce coup-là, je découvre un livre que j'aurais aimé écrire. Ou du moins dont j'aurais aimé avoir l'idée du concept. Tant il évoque des choses vécues, une tranche de vie, une séquence, où l'Histoire s'est remise en marche pour le pire. Les choses étant ce qu'elles sont, bravo à Jean-Marie Potier pour avoir eu l'idée d'un livre sur la musique du 11 septembre. la musique qui a accompagné le 11 septembre, celle qui devait atterrir dans les bacs ce jour fatidique, celle qu'on a écoutés pour s'en remettre, celle qui est née de ce jour. Tel est le pitch de "Ground Zero, une histoire musicale du 11 septembre"

Il y avait cet album de Bob Dylan (Love and Theft) qui sortait ce mardi 11 septembre, et dont les exégètes de la geste dylanienne vont tenter d'en analyser les textes pour y déchiffrer des prophéties. Il y a cet album de Jay Z (The Blue Print). Il y a ceux qui font un détour par leur disquaire pour acheter un CD, perdent quelques précieuses minutes, juste le temps de ne pas arriver dans leur bureau du World Trade Center, et échappent à l'effondrement des tours. Il y a ceux qui, musiciens new yorkais, comme Thurston Moore, habitent le quartier, et ne pourront pas accéder à leur studio d'enregistrement trop proche de Ground Zero. Il y a ceux qui tenteront d'exprimer à chaud, comme Steve Reich, leur sidération, dans des opus cathartiques. Il y a les conséquences, l'impact dans les paroles, la validation de la guerre contre la terreur. 

Ground Zero, c'est le point d'impact de la bombe. C'est un point de départ. Celui d'une époque de guerre. Dans laquelle nous sommes toujours englués, et pour de nombreuses années. Jean-Marie trace un lien entre le 11 septembre et le 13 novembre. La logique implacable de la terreur. Et un nouveau Ground Zero, français celui-là. De Ground Zero et Ground Zero, la mécanique infernale est lancée. La musique pourra-telle sauver  la civilisation? L'angoisse nous étreint. Le livre apporte un réconfort, en avançant qu'au fil de l'Histoire, seul l'art a survécu, a traversé les époques. On a oublié les protagonistes, les acteurs, ou du moins on s'est efforcés de les oublier. Les oeuvres d'art sont restées.

Le livre couvre tous les genres, de la pop à la musique savante. C'est sa richesse. On pardonnera à l'auteur d'avoir - péché véniel, confondu le Black Abum de Metallica et celui de Jay Z. Ne serait-ce que pour cette évocation de Leonard Cohen, et l'exégèse de We Take Manhattan, les visions, les prophéties. On parle aussi de hip hop, de country, de complotisme, de cartographie musicale de  l'Amérique. Le livre se clôt sur l'évocation de Jeff Buckley au Bataclan, et d'un Hallelujah de légende. La chanson de Cohen, devenant par la charge émotionnelle que lui conférait Buckley Jr, la bande-son des hommages aux victimes de 9/11, par une sorte d'étrange télescopage historique.

Une lecture recommandée. 

La bande-son du livre est ici : Musique 11 septembre

"Ground Zero, une histoire usicale du 11 septembre" - Jean-Marie Potier (Le Mot et le Reste)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antoine Dubuquoy 2892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte