Magazine Santé

CANCER de l'INTESTIN: Les omega 3 pour doubler les chances de survie – Gut

Publié le 23 août 2016 par Santelog @santelog

CANCER de l'INTESTIN: Les omega 3 pour doubler les chances de survie – GutLes patients atteints d’un cancer de l’intestin peuvent tirer des bénéfices significatifs en termes de survie, d’un apport alimentaire en poissons gras et/ou d’une supplémentation en acides gras omega-3, révèle cette étude, présentée dans la revue Gut. Ces données issues de l’analyse d’un très large échantillon, pourraient, si confirmées, donner lieu à de nouvelles recommandations cliniques.

Le rôle des omega-3 commence à être bien documenté dans le cancer, avec des effets préventifs contre certains cancers, comme les cancers du sein et de la prostate. De précédentes recherches ont montré que les acides gras polyinsaturés (AGPI) oméga-3 dont l’acide eicosapentaénoïque (EPA), l’acide docosahexaénoïque (DHA) et l’acide docosapentaénoïque (DPA) peuvent réduire la croissance tumorale et freiner l’approvisionnement en sang vers les cellules malignes (angiogénèse). Une étude de l’Université de Leicester de 2015, publiée dans le Journal of Parenteral and Enteral Nutrition (JPEN), a fait valoir un autre bénéfice possible : Les acides gras oméga-3 peuvent contribuer à améliorer le traitement et la qualité de vie des patients atteints de cancer. L’étude montre en effet que l’ajout d’acides gras oméga-3 aux médicaments anti-tumoraux permet d’améliorer la réponse au traitement et la qualité de vie des patients.

Ici, les chercheurs ont analysé les données de 2 grandes cohortes, la Nurses’ Health Study portant sur 121.700 femmes âgées de 30 à 55 ans, au départ de l’étude en 1976 et la Health Professionals Follow Up Study portant sur 51.529 hommes, âgés de 40 à 75 ans, au départ de l’étude en 1986. Tous les participants ont rempli un questionnaire détaillé sur leurs antécédents médicaux, leur mode de vie, et tous les 2 ans depuis le début de l’étude. Parmi ces informations, les données de diagnostic de maladies dont le cancer et de régime alimentaire. Parmi les 1.659 participants qui ont développé un cancer de l’intestin, 561 sont décédés.

Omega-3 = risque de cancer et risque de décès par cancer de l’intestin réduits : L’analyse montre que les participants ayant l’apport alimentaire le plus élevé en oméga-3 ou poissons gras,

·   présentent un risque réduit de cancer de l’intestin,

·   sont également plus susceptibles d’être actifs physiquement, de prendre des multi-vitamines, de la vitamine D et de consommer des fibres. Ils sont moins susceptibles de fumer mais plus susceptibles de consommer modérément de l’alcool, tous des facteurs associés à un risque réduit de cancer de l’intestin ;

·   parmi les participants diagnostiqués avec un cancer de l’intestin, ceux dont l’alimentation contient des niveaux plus élevés d’acides gras oméga 3 marins présentent un risque réduit de décès par cancer ; cette réduction du risque apparaît liée à la dose consommée, des apports plus élevés en omega-3 étant associés à un risque plus faible de décès par cancer.

·   Par rapport aux patients qui ont consommé moins de 0,1 g d’acides gras oméga 3 par jour, ceux qui ont consommé au moins 0,3 g par jour après leur diagnostic, ont un risque réduit de 41% de décès lié à leur cancer.

·   Cette réduction du risque vaut pour les apports alimentaires et la supplémentation, précisent les auteurs.

·   Une augmentation de l’apport en omega-3 d’au moins 0,15 g par jour après le diagnostic est associée à une réduction de 75% du risque de décès par cancer de l’intestin,

·   une diminution de l’apport quotidien est associée à un risque accru de 10% de décès de la maladie.

Øcependant, sur l’ensemble des participants, les apports alimentaires d’omega-3 ne sont pas associés au risque de décès toutes causes confondues.

Vers de nouvelles recommandations cliniques ? Ce sont de premières preuves, et sur un large échantillon, des bénéfices possibles des acides gras oméga-3 dans la survie au cancer de l’intestin. Ces données, sous réserve d’être confirmées, pourraient appuyer une nouvelle recommandation clinique, celle de favoriser des apports plus élevés d’omega-3, chez les patients diagnostiqués avec un cancer de l’intestin.

Source: Gut 19 July, 2016 doi:10.1136/gutjnl-2016-311990 Marine ω-3 polyunsaturated fatty acid intake and survival after colorectal cancer diagnosis

CANCER de l'INTESTIN: Les omega 3 pour doubler les chances de survie – Gut
Plus de 50 étudessur les Omega-3

Lire aussi :OMEGA 3: Ils améliorent la qualité de vie des patients atteints de cancer


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine