Magazine

Rock en Seine 2016 - Jour 1

Publié le 28 août 2016 par Antoine Dubuquoy
Rock en Seine 2016 - Jour 1

Canicule. Etat d'urgence. Ca c'est pour les éléments de contexte. Se pointer à Rock en Seine, comme tous les ans, découvrir le périmètre se sécurité... OMFG. Les temps ont changé. C'est clair. On va faire avec. On va continuer à s'envoyer des décibels dans la tête. A l'extérieur, des Témoins de Jéhovah distribuent quelques tracts. Bah, oui, c'est vrai, la fin du monde est proche... Mais on va arroser ça de bière, la tête dans la sono. 

Soleil de plomb. Un air de Caravan Palace en bruit de fond. Retour vers les brumisateurs géants qui distillent une raisonnable fraîcheur. En position pour Slaves. Du punk parfait pour entamer la soirée. Un duo guitare-batterie du meilleur aloi. Ca décrasse. C'est sauvage comme il faut, avec mosh pit, circle pit et pogo. La totale. Comme au temps des Pistols et de Sham 69.

Quelques notes de Brian Jonesrown Massacre, histoire de prendre la mesure des rouflaquette d'Anton Newcombe. Et lègère translation vers la scène où se produit Marley Junior, Damian de son prénom. Côté capillaire, on s'interroge sur la praticité des dreads qui descendent à mi-mollet. Est-ce qu'on dort dessus, est-ce qu'on les roule? Tant de questions existentielles, bercées par les accents de son paternel... C'est un gardien du temple. Et on est content de chanter War (No more trouble).

Two Doors Cinema Club, c'est agréable. C'est clean. C'est pop. Ca plait. Ca s'écoute absolument sans déplaisir. C'est un peu lisse... 

Du coup, tomber par hasard sur Royal Republic est LA bonne surprise du jour. On connait le goût des suédois pour les choses bien faites. Au hasard, Saab, Ikea, Abba, The Hives... Royal Republic maîtrise son rock à la perfection. C'est punk, carré, puissant. Et chose incomparable, tu rentres dedans immédiatement. Ils savent te mettre à l'aise les gars!

Que dire ensuite des Last Shadow Puppets? Les filles sont au bord de l'apoplexie dès qu'Alex Turner bouge un cheveu. Essayons d'être objectifs. Le son, gros, épais, avec des basses ronflantes qui écrasent tout... Last Shadow Puppets, c'est classieux, du moins sur album. Alex et Miles (je la joue name-dropping, un peu comme si c'étaient des potes avec qui on boit des coups) s'amusent. Belle complicité, c'est indéniable. D'où vient ce léger sentiment d'ennui? Arctic Monkeys sur scène m'a déjà gentiment ennuyé ici-même, il y a quelques années... Miles Kane, en solo, m'avait carrément scotché, ici-même aussi. Guitar hero total. Mais ce soir... TLSP (pour faire court), c'est long. Jusqu'à cette élégante et efficace reprise de Dutronc, "le monde entier est un cactousse" et ce final sur Moonage Daydream de Bowie. Qui rattrape tout. Soyons magnanimes. Pas le concert du siècle non plus. 

Back home. Rideau.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoine Dubuquoy 2892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte