Magazine Auto/moto

Essai routier: Hyundai Tucson 2016

Publié le 28 août 2016 par Christian Gagnon @autoopinion

Essai routier: Hyundai Tucson 2016

Hyundai Tucson 2016

Avant de lancer le Tucson en 2005, Hyundai s’était lancé dans la catégorie des VUS avec le Santa Fe. À cette époque, le Tucson ressemblait d’assez près à son grand frère. Même si les premiers exemplaires ont aujourd’hui plus de 11 ans, plusieurs roulent encore sur nos routes. Je suis même allé en Floride au volant de l’un d’eux, il y a deux ans, et sa fiabilité aurait été remarquable si j’avais fait faire une bonne inspection avant le départ. 
Encore aujourd’hui, le Tucson suit les traces de son grand frère. Pour le néophyte en désign automobile, il est naturel de confondre un Santa Fe Sport et un Tucson. En y regardant de plus près, il y a pourtant des différences. La calandre est moins proéminente et les feux arrière sont plus effilés. Lorsqu’on se concentre sur le véhicule entier, on s’aperçoit qu’il est plus petit. Je vous l’accorde toutefois, il faut être très concentré!

Essai routier: Hyundai Tucson 2016
Le petit nouveau est donc plus beau que son prédécesseur. Du moins, c’est mon avis. Malheureusement, la couleur Rubis de mon véhicule d’essai n’avantageait pas sa nouvelle ligne. Le Bleu Caraïbes ou le Blanc d’hiver sont beaucoup plus élégants. Mais, trêve de coquetterie, tous les gouts sont dans la nature! D’ailleurs, ça parait sur le nombre de modèles offerts. Deux moteurs. Avec le quatre cylindres de 2,0 litres, on peut obtenir le Tucson en modèle de base, Premium et Luxe. Si vous cochez la case du moteur turbo de 1,6 litre, vous devrez choisir entre les modèles Premium, Limited et Ultimate. Pas facile de s’y retrouver, mais disons que j’ai testé le moteur 2,0 litres dans sa version Luxe.
Facile de prendre place à bord à l’avant et les sièges de cuir sont confortables, tout en offrant un bon support latéral. C’est plus juste à l’arrière et le support latéral est minimal. D’ailleurs, le dossier est un peu trop droit. Le tableau de bord deux-tons de mon véhicule d’essai était du plus bel effet, tout comme les sièges en cuir beige. Le désign est tout de même assez sobre et l’ergonomie ne sera pas remise en doute. La nacelle d’instrumentation aurait mérité un peu plus d’attention. Cadrans noirs, chiffres blancs, c’est très lisible, mais aussi un peu trop sobre et austère. Un peu d’originalité aurait été appréciée. Le volant reprend le style des autres véhicules Hyundai avec ses deux branches couleur aluminium en bas. Il y a beaucoup de commandes au volant et ça pourrait déconcentrer certains conducteurs. Par contre, la disposition n’est pas trop déroutante puisque l’audio est à gauche (radio et Bluetooth) et à droite, c’est pour l’ordinateur de bord et le régulateur de vitesse.
Essai routier: Hyundai Tucson 2016
En se déplaçant au centre, on aperçoit le grand écran de 8 pouces du système audio et de navigation. Ce système est assez convivial et il est facile de se servir des commandes vocales, même pour programmer une destination. Vous dites simplement l’adresse et un parcours vous sera proposé. Pour ce qui est de l’audio, le système peut jouer plusieurs types de format musical. Il faudra toutefois laisser vos CD à la maison puisque la fente permettant de les insérer disparait lorsque le système de navigation est présent. Bien que ses fonctions soient intéressantes, il lui faudra bientôt une mise à jour importante puisqu’il n’est pas possible d’utiliser les interfaces Apple CarPlay ou Android Auto. De plus, le son produit ne décoiffe pas. C’est bon, mais si vous aviez l’habitude de monter le volume pour vous délecter du tout dernier succès de votre artiste préféré, il se pourrait que vous soyez déçu.
Sous le système audio, les commandes de ventilation. Facile à faire fonctionner, les réglages sont automatiques et bizones dans le modèle Premium. Les commandes de sièges et de volant chauffants sont aussi à cet endroit. Notez qu’il y a aussi des sièges chauffants à l’arrière. Plus bas, deux prises 12V, une USB et une AUX. Plusieurs constructeurs installent maintenant deux prises USB minimum et les cachent dans un petit coffre de rangement, histoire de ne pas exposer vos gadgets électroniques aux petits malins qui se promènent dans les stationnements de centres d’achats. D’autres détails que Hyundai aurait dû revoir lors de la refonte.
Essai routier: Hyundai Tucson 2016
Pour terminer la visite de l’habitacle, il faut regarder derrière le hayon motorisé. Celui-ci est « intelligent » et détecte votre présence lorsque vous vous tenez à moins d’un mètre de celui-ci avec votre télécommande en poche pendant trois secondes. Il devrait s’ouvrir. Je dis « devrait » parce que j’ai complètement oublié d’en faire l’essai. On se reprend la prochaine fois! L’espace proposé par la soute à bagages est suffisant. J’ai bien aimé le tapis de caoutchouc qu’on peut commander chez le concessionnaire. C’est facile de le retirer et de le laver avec un boyau d’arrosage. Pour plus d’espace, il est possible d’abaisser la banquette divisée 60/40 et profiter d’un plancher plat. L’espace ainsi créé est alors très intéressant pour apporter de gros objets. Curieusement, il n’y a pas de cache-bagages offert, même pour la version Ultimate. Pour l’obtenir, il faut parcourir le catalogue des accessoires!
Essai routier: Hyundai Tucson 2016
Sous le capot se cachent les 164 chevaux du moteur 2,0 litres à injection directe. Son couple de 151 livres-pied est atteint à 4 000 tours/minute. C’est une transmission à six rapports Shiftronic qui se charge de gérer la puissance. Ce n’est pas un groupe motopropulseur qui vous enthousiasmera outre mesure. Ses performances sont dans la moyenne et il risque de s’essouffler rapidement si vous êtes quatre personnes à bord avec vos bagages. Même si je ne l’ai pas testé, j’ai l’impression que le nouveau quatre cylindres turbo de 1,6 litre est plus intéressant. Il offre 175 chevaux, mais surtout 195 livres-pied de couple à partir de 1 500 tours/minute, et ce, jusqu’à 4 500 tours/minute. C’est donc dire que, presque instantanément, le moteur procure sa poussée maximale. J’espère bien pouvoir l’essayer la prochaine fois, d’autant plus qu’il a droit à la nouvelle boite automatique à sept rapports et double embrayage.
Pour le reste, le Hyundai Tucson 2016 bénéficie d’une direction à crémaillère à assistance électrique pas très communicative. La suspension indépendante aux quatre roues n’a pas à gérer de tempérament sportif et se concentre donc sur le confort. Les freins à disque aux quatre roues font bien le travail. L’antiblocage avec la distribution électronique de la force de freinage est en équipement de série. Les modèles à moteur 2,0 litres roulent sur des roues de 17 pouces alors que ceux qui profitent du turbo ont droit à des roues de 19 pouces, les chanceux!
Le verdict est mi-figue, mi-raisin. Contrairement à ce qui arrive généralement chez Hyundai, je n’ai pas eu l’impression qu’on m’en avait donné beaucoup pour mon argent. Le fait qu’il n’y ait pas de cache-bagages ou même d’un équipement essentiel au Québec comme un chauffe-bloc en équipement de série me dérange. Lorsqu’il faut ouvrir le catalogue d’accessoires, c’est toujours dangereux de faire grimper le prix de façon démesuré. La silhouette restera dans l’ombre du Santa Fe Sport et la motorisation 2,0 litres ne risque pas de vous émouvoir. Pour des performances plus étincelantes, il faut possiblement choisir le moteur turbo, ce qui fera encore grimper la facture d’à peu près 2 000 $. La qualité du véhicule est là, mais il y a trop de cachettes de mise en marché afin de vous faire dépenser plus que ce que vous aviez planifié. Il me semble que ce n’était pas dans la philosophie de Hyundai auparavant.
Venez donner votre opinion sur la page Google+ ou Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!
Essais réalisés précédemment : Hyundai Tucson 2005Hyundai Tucson 2011
Conditions de l’essai
Réalisé 28 mars au 1er avril 2016.Météo : pluie et soleil, entre -1 et 14 °C.Modèle essayé : Hyundai Tucson Luxe AWD 2016Assemblé à Ulsan, Corée du SudExiste depuis : 2005   Actuelle génération : 2016Prix selon www.hyundaicanada.com (28 aout 2016) :** 2,0 L base : 24 399 $** 2,0 L Premium : 26 699 $** 2,0 L AWD Premium : 28 999 $** 2,0 L AWD Luxe : 33 099 $** 1,6T AWD Premium : 31 549 $** 1,6T AWD Limited : 36 649 $** 1,6T AWD Ultimate : 39 599 $Prix du modèle essayé : 33 848,05 $ + taxesDistance parcourue : 902,2 km (89 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :** Ville : 11,0 L/100 km** Route : 9,0 L/100 km** Émissions de CO² : 240 grammes/kmConsommation affichée : 9,2 L/100 kmRégime moteur à 100 km/h : 2 100 tours/minuteRégime moteur à 115 km/h : 2 500tours/minuteVéhicule fourni par Hyundai Canada.Photos prises à Ste-Élisabeth, Québec.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christian Gagnon 303 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines