Magazine Humeur

Le lait, le beurre et le cul de la crémière ( en burkini ? )

Publié le 30 août 2016 par Pierre Thivolet @pierrethivolet

Le lait, le beurre et le cul de la crémière ( en burkini ? )

Les campagnes françaises comme carte postale des campagnes électorales

C‘est entendu, la défense de notre identité passe par la chasse au burkini. Une nouvelle loi, vite !. Mais ne serait-il pas plus urgent, et plus utile, de s’occuper du prix du lait ? L’identité heureuse ne passe-t-elle pas par des éleveurs qui auraient la banane? Notre identité n’est-elle pas faite, autant que de République et de laïcité, de fromages qui puent - si possible au lait cru - camembert, Saint-Marcellin, munster, roquefort… mmmmm. « Douce France, Cher pays de mon enfance, Bercée de tendre insouciance, Je t'ai gardée dans mon cœur! Mon village au clocher aux maisons sages » chantait Charles Trenet. Cette France n’est plus puisque aujourd’hui nous vivons à 80 % en ville. Et pourtant, cette France de carte postale demeure dans notre imaginaire collectif: Des vertes prairies autour du clocher d’un petit village, des vaches heureuses (même si avec la loi Macron, elles n’ont plus beaucoup de trains à regarder passer) aux pis gonflés de lait, et l’on imagine la laitière, sortie d’un épisode de « L’amour est dans le pré » faire gicler entre ses mains expertes, le liquide encore chaud et mousseux….( Ca , c’est pour vous faire fantasmer, car en réalité la traite des vaches, à 6 heures du mat’, ça n’a rien de fun! )Mais ça, c’était avant, avant la fin des quotas laitiers, avant l’embargo contre la Russie, avant Lactalis… Avant que le prix du lait ne tombe si bas, 257 euros la tonne, alors qu’il y a 2 ans il était encore à 364 euros!Bien sûr, 257 euros pour une tonne de lait, on ne sait pas trop ce que cela représente, parce que le consommateur achète rarement une tonne de lait.Mais disons que ça fait 25 centimes le litre. Et là on commence à se rendre compte. Il suffit de comparer avec le prix du litre de lait vendu dans le commerce: Cherchez l’erreur. Et puis on fait quoi aujourd’hui avec 257 euros ? Ce n’est même pas le prix d’un smartphone, alors que de l’autre côté, 1 tonne de lait, ça fait beaucoup de vaches et de traites… Et Lactalis, Numéro 1 du lait dans le monde - comment dit-on , une « pépite de notre agro-économie »- propose 15 euros d’augmentation par tonne… On comprend que ça puisse énerver.La question n’est pas simple. Dans la formation du prix du lait, c’est la grande distribution qui gagne le plus. Et puis pas de solution sans plus d’Europe. Et puis, les petits éleveurs de montagne, sont sans doute moins bien armés que les grands éleveurs de l’ouest. Etc… Mais gouverner c’est justement essayer de trouver des solutions à ce genre de problème. Gouverner c’est prévoir, et là, nos gouvernants n’ont pas été bons, de toute évidence. Alors si au lieu de faire tout un fromage avec le burkini, nos politiques commençaient à débattre des vrais problèmes ? Nous vivons une e-poque formidable.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre Thivolet 4897 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines