Magazine Conso

1956, ou la naissance d’un mythe

Publié le 30 août 2016 par Pascal Iakovou @luxsure
by pascal iakovou on 30 août 2016 127 Views |  Like

1956, ou la naissance d’un mythe

Avant-gardiste et audacieuse, la Ladybird signée Blancpain, née il y a soixante ans, était la plus petite montre ronde au monde. Intemporelle, elle a traversé les années avec élégance et modernité. Retour sur l’histoire d’une montre qui a révolutionné l’horlogerie au féminin.

La Ladybird entre audace et ingéniosité

« Soyez le premier à importer sur votre marché la plus petite montre ronde du monde » proclamait la publicité de l’époque. La Ladybird voit le jour en 1956, la mode est aux montres-bijoux dont l’ornement des pièces prend l’ascendant sur la taille des cadrans. Un coup de génie pour Blancpain qui sort alors le plus petit mouvement rond du monde, le calibre R550. Malgré son diamètre de 11,85 mm, ce calibre possède une réserve de marche de plus de 40 heures, un exploit pour l’époque. Par souci d’esthétisme, sa couronne avait été déportée sur le fond de la montre. Quant au pivot disposé sur la roue d’échappement, il mesurait 0,07 mm, soit moins que l’épaisseur moyenne d’un cheveu.

3 - Women Collection_1 - Ladybird_2 - Pictures_3 - 0063E-1954-55A Back
3 - Women Collection_1 - Ladybird_2 - Pictures_2 - 0063E-1954-55A Front
3 - Women Collection_1 - Ladybird_2 - Pictures_1 - 0063E-1954-55A PR

Le succès est immédiat et la montre trouve une place de choix aux poignets des élégantes. Au fur et à mesure des années, elle s’habille de styles pouvant correspondre aux attentes des femmes les plus exigeantes. Des modèles entièrement sertis ou encore d’autres avant-gardistes dont le bracelet est interchangeable. La Ladybird mue année après année sans prendre une ride.

D’hier à aujourd’hui

60 ans après, son esthétisme est toujours d’actualité. La Manufacture Blancpain souhaite rendre hommage à la Ladybird qui fait partie de l’histoire des montres féminines. Le calibre automatique d’aujourd’hui s’est adapté et devient le 6150, il mesure 15,7 mm de diamètre.

Quoi de plus logique que d’avoir relancé cette ode à la féminité pour la Saint-Valentin ? A cette occasion, un charm amovible pourvu d’un cœur en rubis et d’une èche en diamant vient agrémenter cette pièce limitée à 99 exemplaires. Une seconde édition limitée à 60 exemplaires sort pour Baselworld à l’occasion du 60ème anniversaire de la pièce. Celle-ci dévoile un autre esthétisme et agrémente son cadran de contrastes lumineux révélant de multiples feuillages réalisés en nacre.

Son bracelet est réalisé uniquement à partir des petites écailles contenues sur l’alligator de Louisiane a n d’obtenir un aspect esthétique tout en nesse. Sa lunette est sertie de 32 diamants tandis que son cadran en contient 8. Les aiguilles arborent des formes de gouttes et la boîte est réalisée en or blanc. Le fond saphir de la montre laisse apparaître sa masse, délicatement décorée d’un diamant.

En plus de ces nouveaux modèles, la collection Ladybird est étoffée de deux nouveaux modèles présentés en exclusivité durant Baselworld. Le premier, en or gris, est proposé avec un cadran en nacre sur lequel se sont glissés 4 petits cœurs en rubis. Un charm amovible en forme de cœur inversé vient apporter une touche de coquetterie à la montre. La seconde pièce est en or rouge. Son cadran opalin se voit paré d’éclats grâce à sa lunette, entièrement sertie de diamants. Cette pièce est proposée avec un charm coccinelle serti de 7 rubis et de 11 diamants. Plus que jamais d’actualité, la Ladybird a su et saura conserver une place de choix dans l’univers des montres pour femmes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Iakovou 72526 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines