Magazine High tech

YouTube a désactivé la monétisation de milliers de vidéos sans en avertir leurs créateurs

Publié le 01 septembre 2016 par _nicolas @BranchezVous
YouTube a désactivé la monétisation de milliers de vidéos sans en avertir leurs créateursBerit Leena Raven">"> Exclusif

Un ménage sévit actuellement sur YouTube, avec comme conséquence d’importantes pertes de revenus pour les utilisateurs qui nourrissent son catalogue.

Avant de publier quoi que ce soit sur YouTube, un créateur de contenus se doit de respecter certaines règles.

On y retrouve d’abord le Règlement de la communauté imposé par l’entreprise, soit essentiellement les conditions à respecter pour qu’une vidéo puisse paraître sur sa plateforme. Par cette politique, YouTube se réserve le droit de bloquer les contenus jugés inappropriés : dans lesquels on retrouve de l’intimidation, de la nudité, de la violence, ou qui propage des discours de haine.

La sévérité avec laquelle YouTube appliquait ses règles a drastiquement changé, aux dires de plusieurs créateurs qui en ont subi les conséquences.

Viennent ensuite les Consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs, les règles à respecter pour un créateur qui souhaite activer la monétisation sur ses vidéos, ne serait-ce que pour arrondir ses fins de mois, voire espérer, un jour, rentabiliser ses activités.

Cette semaine, la sévérité avec laquelle YouTube appliquait ces règles a drastiquement changé, aux dires de plusieurs créateurs qui en ont subi les conséquences. YouTube a ainsi retiré rétroactivement la possibilité pour certaines vidéos d’être monétisables.

Alors que la plateforme était plus permissive quant à la nature des sujets traités et du langage utilisé, sa position à l’égard de ces contenus «offensants» est désormais beaucoup plus sensible.

Trop sensible? C’est du moins la position du vlogueur américain Philip DeFranco, qui y produit une revue de l’actualité au quotidien en empruntant un ton très familier, parfois grossier. Lui qui avait l’habitude d’appeler affectueusement son auditoire my beautiful bastards (mes jolis bâtards, eh oui, ça sonne mieux en anglais), il croit maintenant qu’il devra changer de formulation.

«Apparemment, [vous appeler ainsi] et plusieurs autres trucs que je fais ne font pas “l’affaire des annonceurs”», a-t-il expliqué dans sa vidéo publiée ce mercredi. «J’ai entendu des rumeurs à ce sujet, j’ai entendu quelques YouTuber en parler, mais nous avons personnellement eu à composer avec ce fait hier. La vidéo diffusée hier, et très probablement plusieurs vidéos dans un proche avenir ne pourront être monétisées ici sur YouTube.»

«Sur la base de cette mise à jour, il semble que ce soit parce que j’ai employé ce qu’ils qualifient de “langage excessif”. Et ils expliquent que la raison pour laquelle [ils ont retiré la monétisation] est qu’ils ne font que suivre leurs conditions d’utilisation. YouTube se réserve le droit de désactiver la monétisation si une vidéo ne respecte pas ses lignes directrices. Ce qui semble être le cas de ma vulgaire et horrible sale gueule.»

Il poursuit en précisant qu’il aime YouTube, et comprend la position de l’entreprise, mais qu’il est néanmoins contrarié par la situation, qui s’apparente à une forme de censure. Car ce n’est pas tant la façon de rapporter la nouvelle qui semble avoir été problématique, mais plutôt la nouvelle en soi. Si YouTube nuit aux activités de chaînes dont le mandat est d’informer leur auditoire des événements de l’actualité, y compris des incidents moins glorieux ou des tragédies, cette pression est susceptible de compromettre la neutralité de l’entreprise face à son catalogue de contenus.

Donc apparemment pour Youtube, la dépression est un sujet sensible et donc démonétise des vidéos qui parle de ça. Très bien.

— bino. (@LaurineSassano) September 1, 2016

Devant cette application plus stricte par YouTube de ses règles à l’égard de ses annonceurs, plusieurs créateurs de contenu ont partagé leur incompréhension sur Twitter. C’est notamment le cas de la vlogueuse Laurine Sassano, qui a réagi au tweet de Luke Cutforth. Ce dernier a partagé en janvier 2014 une vidéo sur sa propre dépression, et cette vidéo s’est récemment vue retirer sa monétisation précisément parce que la nature du sujet est jugée incompatible avec les annonceurs de YouTube.

Il s’agit ici d’un excellent exemple de l’impact négatif que peut prendre l’intransigeance de YouTube. Car si les personnes ayant eu à composer avec des moments difficiles sont découragées de partager leur tranche de vie, qui aurait le potentiel d’aider les membres de leurs auditoires qui composent avec une situation similaire, ce genre de contenu est nécessairement voué à disparaître.

À noter que YouTube ne s’est toujours pas prononcé sur la situation, et que rien n’est mentionné à ce sujet sur son blogue au moment d’écrire ces lignes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine