Magazine High tech

Battlefield 1 : Un contenant neuf, mais peu de contenu

Publié le 02 septembre 2016 par _nicolas @BranchezVous
Battlefield 1 : Un contenant neuf, mais peu de contenu Exclusif

Battlefield 1, sans doute le jeu le plus attendu de l’année, débarque en version de test ouverte à tous. Le jeu devrait plaire aux amateurs du genre. Quant aux autres? Bonne question.

Un mois et demi avant la date de sortie officielle du 21 octobre sur Xbox One, PlayStation 4 et PC, EA et DICE donnent ainsi un avant-goût de la nouvelle mouture de la très populaire franchise. Et à l’aune de Star Wars Battlefront, sorti en novembre, on a l’impression que les développeurs ont changé l’habillage visuel de La Guerre des Étoiles pour celui du premier conflit mondial, en saupoudrant quelques idées intéressantes au passage. Mais après quelques parties, il faudra se rendre à l’évidence : c’est Battlefield, tout simplement. Rien de plus, rien de moins.

C’est Battlefield, tout simplement. Rien de plus, rien de moins.

EA avait mis le paquet, côté marketing. Après tout, on abandonnait enfin l’environnement générique du jeu de tir moderne ou futuriste pour passer à autre chose.

Dans ce cas-ci, ce changement signifie un retour à l’époque de la boucherie de 14-18. Une époque peu ou pas exploitée sous la forme d’un jeu vidéo, et qui gagne à être mieux étudiée.

Jouabilité

Toutes sortes d’échanges, de discussions, voire d’engueulades ont eu lieu depuis le dévoilement du thème de Battlefield 1. Certains parlaient de la récupération commerciale de l’un des pires conflits de tous les temps, d’autres s’extasiaient plutôt quant au réalisme des uniformes, des armes et des véhicules. Sans oublier les gens fâchés que le jeu confine l’armée française, pourtant l’un des principaux acteurs du conflit, au rôle controversé de contenu téléchargeable.

battlefield1pow

Dans le cadre de la version d’essai, le choix est encore plus limité. Il n’est possible d’endosser que les couleurs anglaises ou ottomanes, cet empire originaire de Turquie qui s’effondrera avec sa défaite en 1918. À travers deux cartes situées dans le désert égyptien, les deux camps s’affrontent dans autant de modes de jeux : la conquête, où il faut s’emparer d’une série d’objectifs pour progresser en direction du camp ennemi, et la guerre totale, où le camp capturant le plus de points de contrôle obtiendra le score suffisant pour l’emporter.

battlefield1squadleader

Du côté du matériel militaire mis à la disposition des joueurs pour s’entre-tuer, DICE réussit un bon coup avec ses canons, chars et avions du début du siècle dernier. Tout est un peu plus lent, plus lourd, plus difficile à manœuvrer. On a davantage l’impression que les machines de guerre doivent être menées à fonctionner, plutôt que de pratiquement effectuer le travail à la place du joueur, comme cela est le cas, par exemple, avec des missiles à tête chercheuse.

battlefield1bomber

Pour ce qui est des armes individuelles, toutefois, rien n’a vraiment changé. Oh, on a bien des fusils de l’époque sous la main, mais tout le monde semble avoir des automatiques plutôt que les carabines à recharge manuelle qu’on remettait au fantassin moyen dans les tranchées. Ajoutez à cela une capacité de courir sans jamais manquer de souffle, et on se retrouve avec n’importe quel autre jeu de la série Battlefield, le sable du désert en plus.

Design

Voilà d’ailleurs le point où Battlefield 1 risque de décourager les curieux. Le jeu est une copie quasi identique de ses prédécesseurs, avec une couche de peinture neuve par-dessus. Les joueurs courent dans tous les sens, des tireurs embusqués vous logent une balle dans la tête à partir de l’autre côté de la carte… Ne manque plus qu’un pilote d’avion sautant de son biplan pour abattre un cavalier et ensuite voler la monture de ce dernier pour compléter l’expérience. Et cela ne saurait tarder.

battlefield1conquestcapture2

Oh, le jeu est très joli, il va sans dire. Tournant à l’aide du même moteur que Battlefront, Battlefield 1 impressionne par ses détails et son réalisme, et ce même s’il n’y a que deux cartes accessibles pour l’instant. Les jeux de lumière, l’impact des tempêtes de sable sur la visibilité, les environnements en partie destructibles… Les gens de chez DICE ont fait du bien beau travail. Dommage que le contenu soit, pour l’instant, au mieux légèrement intéressant.

Conclusion

Au lieu de se réinventer, DICE et Electronic Arts semblent avoir choisi de simplement modifier quelques concepts visuels, ajoutant ça et là de bonnes idées, sans néanmoins faire preuve d’une véritable originalité.

Le refrain est bien connu : il ne faut jamais précommander un jeu, aussi attirant puisse-t-il paraître. Et avec Battlefield 1, on obtient hélas la même impression que lorsqu’était venu le temps de tester Star Wars Battlefront : un beau jeu, mais un jeu vide. Il faudra attendre le lancement officiel et le dévoilement de la campagne et des modes de jeu supplémentaires, mais le petit aperçu offert dans le cadre de la phase de test n’est pas très encourageant.

Au lieu de se réinventer, DICE et Electronic Arts semblent avoir choisi de simplement modifier quelques concepts visuels, ajoutant ça et là de bonnes idées, sans néanmoins faire preuve d’une véritable originalité. La chose était prévisible, sans doute, et cela n’empêchera certainement pas les deux compagnies d’engranger les millions. Mais pour tous ceux qui espéraient autre chose qu’un Battlefield à la sauce 14-18, il faudra passer son tour.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine