Magazine Société

Et si l'on arrêtait de changer ?

Publié le 03 septembre 2016 par Christophefaurie
Et si le blé nous manipulait ? Grâce à l'homme, cette herbe du moyen-orient a conquis le monde. Un ami me disait avoir lu cette thèse. Voilà ce que les philosophes appellent "l'aliénation". On peut se poser la même question pour l'ensemble des animaux de compagnie ou domestiques. Qui utilise l'autre, nous ou eux ? 
Pire. Et si nous étions manipulés par une idée, par exemple celle du marché ? Elle provoquerait guerre après crise : tout le monde est d'accord pour dire que la crise est le propre de l'économie. Et si cette idée était promue par ceux qu'elle arrange, "l'élite globalisée", qui vendent la corde pour se pendre ? D'ailleurs, en quelques milliers d'années nous sommes allés de la caverne à la Lune. Exceptionnel. L'homme, espèce qui brûle la chandelle par les deux bouts ? Vivrons-nous ce que vivent les roses ? 
Et si ce n'était que transition de phase ? Et s'il y avait bataille d'idées ? Si l'une d'entre elles peut nous apporter une stabilité collective, alors, certes, nous lui serons aliénés, mais le terme n'aura plus rien d'inquiétant. C'est d'ailleurs pour cela que "l'élite globalisée" revendique son aliénation : elle est dans son intérêt. Alors, la société arrêtera de changer. Elle aura atteint un palier.  (A condition qu'elle n'ait pas fait un mauvais choix entre-temps ?)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine