Magazine

catch me if you can

Publié le 03 septembre 2016 par Modotcom

catch me if you can
ça y est j'angoisse
j'ai passé une semaine de fou
justement le genre de semaines que je veux éviter
je n'ai plus l'âge d'avoir des semaines de fou
mais j'en ai malheureusement le tempérament
je pensais que cette semaine
entre ma dernière salariée
et ma première étudiante
en serait une de repos et de préparation
vous le voyez comme moi
avec le outlook que je me suis booké
que je vous remplis un horaire
peu importe les retombées
peu importe les revenus
il faut occuper le temps
et djieu sait que j'en suis capable
même de me dépêcher lundi
entre mon retour de course salutaire sur la montagne
et ma première séance tenante
manquer de temps
entre deux activités non obligées
mais où donc est ma faculté
de prendre ça zen
de me réveiller à quatre heures trente
trois jours cette semaine
bien avant le cri du réveil matin
avec pleins d'idées en tête
et passer des heures à classer
trier déchiqueter des documents
dont je ne vois pas la fin
et qui dormaient pourtant si bien
dans le fond de leurs filières respectives
bien sûr il y a du temps de qualité
comme celui où je consulte le livre de recettes
dresse mon menu pour trois repas
fais mes emplettes et les soupers
bien sûr il y a le gain de temps
à ne pas me transporter en ville chaque matin
chaque soir
bien sûr il y a le bonheur
de luncher des restants chaque midi
et de comptabiliser toutes mes dépenses
et crier victoire quant aux économies que je fais
bien sûr il y a la satisfaction
de faire enfin fonctionner pleins de choses
ma montre garmin notamment
mon imprimante mes écrans
mon speaker bluetooth
de mettre à jour la comptabilité
de notre appartement de touristes
et de faire un post mortem
sur notre tarification après un an d'opération
bien sûr je tripe d'avoir loué un casier à l'école
et de planifier aller nager le mardi
avant mon cours de gouvernance
d'avoir longé les corridors de l'université
avant la rentrée dans quelques jours
d'avoir acheté mes recharges de mines
point sept millimètres
d'avoir jeté les stylos qui n'écrivaient plus
d'avoir imprimé mes plans de cours
sans compter m'y être réinscrite
et d'avoir identifié les textes à lire
aujourd'hui et demain
pour ne pas prendre du retard
mais mon plancher est toujours sale
et mes vitres toujours pas faites
pas encore trouvé les cadeaux de fête
de m en mai et j en août
je n'ai pas terminé le bouquin de warhol
entamé en août à nassau
alors que j'ai déjà envie d'avoir du temps
pour lire le prochain roman qui m'attend
je n'ai pas eu le temps de travailler une fois
sur la terrasse
encore enfermée dans un bureau
peu importe qu'il soit à square victo
ou au palace st-denis
vingt-neuf ans de fonctionnement
en mode rapide et ultra-rapide
sans reprendre son souffle entre deux rendez-vous
ça crée des habitudes
difficiles à enrayer
toutes ces choses que j'ai faites cette semaine
je vivais sans les faire
le constat auquel je dois absolument réfléchir
si je veux survivre
est qu'il ne faut pas se booker serrée
il ne faut pas remplir le temps
il se remplira bien de lui-même
je ne prendrai jamais de l'avance sur la vie
d'y être simplement devrait suffire.
ohm shalom ciao bye
long week-end
go.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Modotcom 4105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte