Magazine Poésie

Les contraires

Par Vertuchou

l y a celui qui vit
dans l'auberge des feuilles
Et celui qui bâtit
de hautes citadelles

Il y a le feu qui pourrit
sur sa cendre muette
Et la flamme en tes yeux
qui ne saurait s'éteindre

Il y a des souvenirs qui meurent
de leurs ailes blessés
Et des visages qui éclairent
longtemps après leur mort

Il y a le vin et le sang
le pain et la dent
la faim et son désir couronné

Il y a celui qui toujours tourne
autour de soi
Et celui qui met ses bras
autour du monde

Jean-Pierre Siméon

Partager cet article

Repost 0
Les contraires
&version;

Vous aimerez aussi :

Lettre d'amour
Lettre d'amour
Attente
Attente
 L'accent circonflexe et la petite cédille
L'accent circonflexe et la petite cédille
Séparation
Séparation

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine