Magazine Info Locale

La question des cimetières juifs en Algérie

Publié le 05 août 2016 par Feujmaroc

Une société qui ne respecte pas ses morts, ne peut respecter les vivants.

Meyer Habib , membre de l'Union des démocrates (UDI) représente à la Chambre des Députés en France les Français établis hors de France (8e circonscription),

Il s'est saisi du dossier des cimetières juifs d'Algérie qui est de la compétence de la Direction des Français de l'étranger et de l'Administration consulaire " et revient sur cette question dans un article publié le 3 août dans "JSS News" et paru dans son édition du 4 août.

Que nous dit il ? De quoi s'agit il ? Il s'agit de la disparition pure et simple de dizaines de cimetières juifs, ce que Meyer Habibl nomme " le vol des cimetières juifs par l'Algérie

Sur 523 cimetières civils en Algérie, qui regroupent 209.618 sépultures françaises, on compte 81 cimetières juifs et 57.898 sépultures. Le problème du regroupement des tombes chrétiennes a été réglé dès 2009. La tradition juive est beaucoup plus exigeante sur ce sujet et le " Kavod HaMet ", le respect du mort demeure un principe essentiel .

La crainte de voir les dépouilles déplacées sans supervision rabbinique, voire mises dans des ossuaires en violation de la Halakha a conduit le Consistoire à se saisir du dossier et à mettre en place une Commission.

Son objet : réaliser un diagnostic précis et faire prendre en compte par les services compétents des ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur les règles halakhiques pour tout déplacement de corps Deux autorités rabbiniques de haut niveau ont été associées aux travaux.

En 2014, le président de la Hevra Kadicha, a établi pour le compte de la commission consistoriale un inventaire du nombre de cimetières juifs, des tombes et de leurs états. Il ressort de ces travaux que 1.126 sépultures dans 25 cimetières (sur un total de 81 cimetières juifs) sont menacées de disparition, destruction ou profanation et devront donc être regroupées dans le grand cimetière juif le plus proche ou, si la famille le souhaite, rapatriées à leurs frais.

Les conditions de mise en œuvre sont fixées .L'arrêté du Ministre des Affaires étrangères du 26 mai 2016 crée le cadre juridique pour l'exécution des opérations de regroupement.

Les regroupements de sépultures seront limités au minimum possible et seront pris en charge financièrement par l'Etat français. Ils s'appliqueront aux petits cimetières, souvent en zone rurale. Les grands cimetières d'Alger, Oran, Constantine, Bône ... ne seront pas touchés.

Les premiers regroupements de sépultures juives sont programmés pour juin 2017.Les familles disposent d'un délai d'un an pour décider où elles souhaitent rapatrier les dépouilles de leurs parents restés en Algérie et doivent d'ores et déjà s'adresser au Consistoire.

La question des cimetières juifs en Algérie

Cimetière juif de Tlemcen en 1950 - Algérie.

Et au Maroc ? Autre Pays, autres mœurs !
La question des cimetières juifs en Algérie

Au Maroc, nous sommes heureux et fiers de le rappeler ; C'est par la grâce de la décision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qu'en 2010 est lancée l'opération de réhabilitation de tous les cimetières et mausolées juifs du Maroc. Ce sont 167 sur quelques 200 cimetières (De nombreux cimetières des grandes villes en parfait état ne nécessitaient aucuns travaux) qui ont été ainsi réhabilités dans toutes les régions du Royaume. L'opération a été conduite par Serge Berdugo, Secrétaire Général du Conseil des Communautés juives du Maroc, en étroite coopération avec le Ministre de l'Intérieur et le Grand Rabbin du Maroc. Elle a bénéficié de la coopération de toutes les Autorités nationales concernées, locales et régionales, entre 2010 et 2015.

Le livre "Les Maisons de la Vie" - Réhabilitation des cimetières juifs du Maroc.

Un beau livre en restitue l'histoire et les résultats, en français et en anglais, sous la direction de Serge Berdugo et la coordination de Perla Cohen.

Quatre cérémonies ont été organisées par Serge Berdugo pour présenter cet ouvrage, à Rabat à la Bibliothéque Nationale du Royaume, à L'IMA a Paris en février 2015, au MOMA et au Congres a New York et Washington. Elles ont rassemblé chacune plusieurs centaines de personnalités, elles se sont déroulées notamment avec la participation de M. Ahmed Toufiq , Ministre des Cultes . Elles se sont accompagnées de la remise de décorations du Royaume à des personnalités représentant les trois monothéismes comme un appel a la paix et au dialogue, au respect et à la vertu de la modération.

Perla Cohen

Aperçu des travaux réalisés sur des cimetières israélites du Maroc.

Rabat le 5 Août 2016

Cimetière Israélite de la Rue Krantz à Casablanca. (Photos Conseil des communautés israélites du maroc)

La question des cimetières juifs en Algérie
La question des cimetières juifs en Algérie

Cimetière Israélite de Ben M'sik à Casablanca. (Photos Conseil des communautés israélites du maroc)

Ancien cimetière israélite de Meknès. (Photos Conseil des communautés israélites du maroc)

Nouveau cimetière israélite de Meknès. (Photos Conseil des communautés israélites du maroc)

Article de Meyer HABIB dans JSS News, dans son intégralité.

Cimetière israélite de Tanger. (Photos Conseil des communautés israélites du maroc)

On dénombre aujourd'hui 523 cimetières civils en Algérie, qui regroupent 209.618 sépultures françaises, dont 57.898 juives (dans 81 cimetières juifs).

Le problème du regroupement des tombes chrétiennes a été réglé dès 2009. La loi juive est beaucoup plus exigeante sur ce sujet et donc la résolution est beaucoup plus complexe.

En principe, comme me le rappelait le Grand Rabbin Guggenheim, la halakha n'autorise de déplacer une dépouille que s'il s'agit de la transférer en Eretz Israël ou, s'il existe un risque sérieux de destruction ou de profanation du cimetière.

C'est la raison pour laquelle, au début des années 2000, le Consistoire avait d'abord refusé les déplacements de tombes juives d'Algérie. En 2009, quand une solution a été trouvée pour les tombes chrétiennes, la question s'est posée à nouveau pour les sépultures juives compte tenu de l'état d'abandon de certains carrés israélites dans des cimetières d'Algérie et des risques de destruction ou de profanation.

Le Président du Consistoire, Joël Mergui, a donc décidé de mettre en place une commission des cimetières juifs en Algérie, présidée par M. Jack-Yves Bohbot, administrateur du Consistoire. Son objet était de réaliser un diagnostic précis et de faire en sorte les services compétents des ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur prennent en compte les règles halakhiques pour tout déplacement de corps.

Deux autorités rabbiniques de haut niveau ont été associées aux travaux : le Grand Rabbin Gugenheim et le délégué du Grand Rabbin de France, le Grand Rabbin Maman.

En 2014, M. Serge Benhaïm, président de la Hevra Kadicha, a établi pour le compte de la commission consistoriale un inventaire du nombre de cimetières juifs, des tombes et de leurs états. Il ressort de ces travaux que 1.126 sépultures dans 25 cimetières (sur un total de 81 cimetières juifs) sont menacées de disparition, destruction ou profanation et devront donc être regroupées dans le grand cimetière juif le plus proche ou, si la famille le souhaite, rapatriées à leurs frais.

Les regroupements de sépultures seront limités au minimum possible et seront pris en charge financièrement par l'Etat français.

Ils s'appliqueront aux petits cimetières, souvent en zone rurale. Les grands cimetières d'Alger, Oran, Constantine, Bône ... ne seront pas touchés.

L'arrêté du Ministre des Affaires étrangères du 26 mai 2016 crée un cadre juridique pour l'exécution des opérations de regroupement. Elaboré en liaison étroite avec le Consistoire, il semblerait que le texte intègre toutes les exigences consistoriales et qu'il apporte des garanties sérieuses que les déplacements de dépouilles respecteront scrupuleusement les prescriptions halakhique.

Les opérations seront placées sous la supervision directe du Consistoire et les dépouilles ne seront pas déposées dans des ossuaires.

L'idéal serait évidemment de conserver l'ensemble des cimetières et sépultures mais si rien n'est fait les 1.126 tombes évoquées risqueraient de disparaître. C'est pourquoi, l'arrêté est jugé satisfaisant par les principaux acteurs en France pour encadrer les regroupements.

Il conviendra toutefois de rester vigilant et suivre de près la mise en œuvre.

Entretenant de très bonnes relations professionnelles comme personnelles avec le Secrétaire d'État en charge des Français de l'étranger, Matthias Fekl, je prendrai son attache à la rentrée pour l'entretenir de ce sujet et faire le point.

Les premiers regroupements de sépultures juives sont programmés pour juin 2017.

Par Meyer Habib - JSSNews

Les familles disposent d'un délai d'un an (au lieu de 6 mois) pour décider si elles souhaitent rapatrier les dépouilles en France, en Israël, ou ailleurs, de leurs parents restés en Algérie. Pour cela, elles doivent d'ores et déjà s'adresser au Consistoire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Feujmaroc 3095 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine