Magazine Info Locale

Charente-Maritime : ils se cachent pour mourir

Publié le 06 septembre 2016 par Blanchemanche
#LPO #CharenteMaritime
Publiéle 06/09/2016 par Agnès Lanoëlle
Les spécialistes de la Ligue pour la protection des oiseaux, comme Nicolas Gendre dans le marais rochefortais, constatent la disparition de nombreuses espèces

Les spécialistes de la Ligue pour la protection des oiseaux, comme Nicolas Gendre dans le marais rochefortais, constatent la disparition de nombreuses espèces© PASCAL COUILLAUD


Grillons, libellules, outardes… De nombreuses espèces sont en voie d’extinction dans notre département


Des comptages à faire froid dans le dos. Depuis vingt ou trente ans, en Charente-Maritime, les effectifs de certaines espèces faunistiques ne cessent de décliner. Au début de l'été, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et Nature environnement 17 (NE17) lançait une consultation auprès de la population pour savoir qui avait récemment observé le grillon domestique ? Personne ! Selon les spécialistes, ce petit insecte qui avait une prédilection pour les terres battues et les fournils des boulangers, aurait complètement disparu depuis une vingtaine d'années. Les normes d'hygiène et nos habitats aseptisés auraient eu raison du grillon domestique…
Et il n'est pas le seul à avoir été sacrifié sur l'autel de nouvelles pratiques peu respectueuses de la biodiversité. Les causes sont multiples : intensification agricole, artificialisation des sols, usage des pesticides, disparition des habitats naturels, introduction d'espèces exotiques… sont autant de dangers pour certains animaux, expliquent Nicolas Gendre et Philippe Jourde, responsables de programmes à la LPO.Charente-Maritime : ils se cachent pour mourirLe grillon domestique a totalement disparu© PHOTO THOMAS LEGRAND

Extinction près de chez nous

Le rhinocéros blanc, espèce en voie d'extinction emblématique du continent africain, aurait tendance à faire oublier que tout près de chez nous, aussi, la menace plane. On comptabilisait 46 espèces de libellules dans le marais de Brouage. On n'en compte plus que quatre. Pour trouver les coupables, il faut regarder du côté des écrevisses de Louisiane qui détruisent la végétation aquatique et compromettent la survie de grenouilles et libellules. D'après l'Atlas des oiseaux de Poitou-Charentes réalisé récemment par la LPO, un tiers des oiseaux seraient menacés de disparition à court terme. Il n'y aurait plus que 18 couples de guifettes noires et trois couples de bécassines en Poitou-Charentes… Même constat pour le tarier des près, un petit passereau de la taille d'une mésange. Nos anciens l'entendaient chanter en bordure de champs et dans les vignes. Il aurait lui aussi complètement disparu depuis quelques années…Si les spécialistes ne peuvent pas tout sauver, certaines espèces par chance peuvent faire l'objet de programmes de sauvegarde, à l'échelle nationale voire européenne.Charente-Maritime : ils se cachent pour mourirIl ne reste plus que quatre espèces de libellules sur 46© PHOTO XAVIER LÉOTY

Programmes de sauvegarde

En Charente-Maritime, c'est notamment le cas du râle des genêts et de l'outarde calepetière. Ces oiseaux migrateurs, fréquentant les prairies humides ou les champs de céréales, ont le tort de se reproduire et de nicher au moment de la fauche estivale. Conséquences : une hécatombe d'oiseaux pris dans les moissonneuses-batteuses ou délogés de leur habitat. L'an passé, la LPO a pu mettre en place un programme Life qui permet d'obtenir des fonds européens.Charente-Maritime : ils se cachent pour mourirLe râle des genêts : il ne resterait que quatre ou cinq mâles chantants en Charente-Maritime© PHOTO LOUISE-MARIE PRÉAUParmi les préconisations simples : demander aux agriculteurs de retarder la période du fauchage en échange d'une aide pour compenser une perte de production. Aujourd'hui, on ne recense plus que quatre ou cinq mâles chantants du râle des genêts, dans le département, contre une centaine il y a trente ans.Finissons sur une note positive. S'il est encore trop tôt pour tirer un premier bilan sur ces deux espèces, certaines mesures de protection ont porté leurs fruits : alors qu'il n'y avait plus aucune présence de la spatule blanche dans le département, les naturalistes dénombrent aujourd'hui près de 200 couples. Le bel échassier figure toujours sur la liste rouge mais ses effectifs augmentent… Il l'a échappé belle.Charente-Maritime : ils se cachent pour mourirL'outarde calepetière est en voie d'extinction : le programme européen Life entend enrayer la tendance© PHOTO JEAN-LUC PINAULThttp://www.sudouest.fr/2016/09/06/ils-se-cachent-pour-mourir-2489860-1275.php

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte