Magazine Bien-être

L'énergie des arbres avec Patrice Bouchardon

Publié le 13 septembre 2016 par Acouphene
Depuis près de trente ans, Patrice Bouchardon travaille avec les arbres. Il écoute leurs messages et utilise leur énergie pour rétablir l'harmonie dans le corps et l'esprit. Il a également identifié 9 perturbateurs d'énergie, « des poisons », et trouvé l'espèce d'arbre qui est leur antidote.

Ces arbres qui nous soignent...

L'énergie des arbres avec Patrice Bouchardon
Poison n°1 : La réaction
Face à l'inconnu, à l'imprévu, nous nous refermons pour nous protéger ou nous paniquons et perdons nos repères. Cette réaction parasite nos perceptions, altère notre raisonnement et nous empêche souvent de faire les bons choix ou de prendre les bonnes décisions. Il est donc important de rester centré, l'esprit clair et les émotions régulées.
L'antidote : Le sapin

Poison n°2 : Le jugement, la critique
Proférer des jugements sévères contre soi, manquer de bienveillance et adresser des critiques négatives envers autrui sont le meilleur moyen de se gâcher la vie et d'empoisonner ses relations. Ce comportement nous dévitalise et nous empêche de déployer notre potentiel et aussi de voir celui des autres.
L'antidote : Le pin

Poison n° 3 : Le refus, le déni de soi
Après s'être jugé sévèrement, la stratégie inconsciente consiste à se punir, c’est-à-dire à refuser d'être « qui on est ». Chaque idée, désir, rêve ou projet qui part du cœur est étouffé sous les critiques, les peurs et le manque de confiance en soi. A la clé : amertume et sentiment de passer à côté de sa vie.
L'antidote : Le bouleau

Poison n°4 : La fermeture, le repli sur soi
Manque d'estime de soi, manque de confiance en soi, peur de l'échec... Autant de raisons de se replier dans sa tanière et de ne plus en bouger. Cette hyper protection est un leurre car elle ne protège de rien, si ce n'est d'une vie pleinement vécue. Elle nous éloigne de notre être profond et nous maintient dans une fausse perception de soi.
L'antidote : L'églantine

L'énergie des arbres avec Patrice Bouchardon
Poison n° 5 : L'identification, la peur 
Lorsque l'on s'identifie aux croyances négatives que l'on a sur soi, tout devient menace. Nous sommes dépendants des événements extérieurs car nous nous identifions à eux. Une réussite rebooste l'estime de soi, le moindre échec ou obstacle la lamine. Le but est de « dé-identfier » des événements extérieurs et de renforcer son « moi ».
L'antidote : Le hêtre

Poison n°6 : Le conditionnement, la répétition 
Chaque situation du passé crée des mémoires énergétiques qui génèrent des schémas de répétition, formant au final une spirale de négativité. La reproduction de situations négatives, alimentée par des croyances erronées ou limitantes sur soi, sape durablement estime et confiance en soi. Il s'agit donc de rompre la chaîne de négativité en sortant du conditionnement. 
L'antidote : Le buis 

Poison n° 7 : La résistance au changement 
Les habitudes et le « connu » rassurent. Mais ils nous empêchent de nous adapter au changement et de saisir les opportunités d'amélioration et d'évolution. Rester figer dans sa routine, utiliser les mêmes compétences, refuser d'en explorer de nouvelles nous prive d'une dimension essentielle de notre être : celle qui est faite pour déployer l'éventail de nos potentialités. Le but est donc de s'ouvrir et d'accepter de se mettre en mouvement. 
L'antidote : Le genêt 

Poison n° 8 : La dispersion 
Zapper, papillonner, explorer... Autant de comportements qui traduisent curiosité et appétit pour la vie, mais aussi incapacité à mener à bien un projet ou à approfondir un sujet. Peur de l'échec ? Manque de persévérance et de concentration ? Tendance à suivre le mouvement ? Dans tous les cas, l'énergie de départ ne se concrétise pas. A la clé et sur le long terme : la frustration de n'avoir rien achevé, ni approfondi. 
L'antidote : L'aubépine 

Poison n°9 : L'apathie 
Découragement, manque d'enthousiasme, de volonté, fatigue, difficulté à cerner ses envies, lassitude... L'apathie est le signe que l'énergie vitale est bloquée, que le désir profond de l'être a du mal à faire surface. Les jours se suivent et se ressemblent sans plaisir ni surprise. Le but : refaire circuler en soi l'énergie vitale pour marcher sur son propre chemin et accomplir ses propres désirs. 
L'antidote : Le noyer
**************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Acouphene 11818 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine