Magazine High tech

François Charron veut concurrencer Amazon au Québec

Publié le 13 septembre 2016 par _nicolas @BranchezVous
François Charron veut concurrencer Amazon au Québec Québec

Se targuant d’être «le plus gros centre d’achat virtuel québécois», Shooopping.ca a été lancé lundi matin. Sur Twitter toutefois, les gens sont dubitatifs quant à sa capacité à concurrencer le géant du commerce en ligne.

Initiative du chroniqueur techno François Charron, Shooopping.ca est ni plus ni moins qu’une vitrine permettant à 1 500 entreprises des quatre coins de la province de vendre leurs produits en ligne. Dans son communiqué, l’entreprise mentionne que l’on peut déjà y retrouver 120 000 produits de tout genre, allant d’articles liés à l’alimentation, l’électronique, la décoration, la mode, la beauté, les antiquités, l’art, etc.

«Sur les 8 milliards de dollars que les Québécois achètent par année sur le Web, 3$ sur 4 sortent de la province», explique le président Charron. «Il fallait rendre les produits de nos PME faciles à trouver pour les internautes et c’est ce que Shooopping.ca fait! On va ramener l’argent dans les poches de nos petites entreprises.»

Mais voilà, Twitter a réservé un accueil plutôt tiède à Shooopping.ca depuis son lancement en début de semaine :

@Rhialto Shopping est désormais un mot francophone.

— Francois Charron (@francoischarron) September 13, 2016

@tinfouin Chacun son opinion! Le mot shopping est francisé en passant, ce n'est pas un mot anglais…

— Francois Charron (@francoischarron) September 13, 2016

S’il est vrai que le mot «shopping» est accepté par l’Académie française depuis longtemps, l’Office québécois de la langue française privilégie l’emploi du verbe «magasiner», une expression qui n’est toutefois aucunement utilisée à l’étranger. On peut également imaginer qu’à terme, l’idée de répondre aux besoins du marché anglophone est un rêve que caresse Shooopping.ca.

@Chrispo73 des que google a funi d'indexer le produits on va l'avoir. 24h max!!!! C'est prévu!

— Francois Charron (@francoischarron) September 13, 2016

@bricesanchezcom L'outil de recherche a du être retiré et sera de retour quand Google aura indexé les produits.

— Francois Charron (@francoischarron) September 13, 2016

En attendant l’arrivée d’un réel moteur de recherche, les internautes enclins à faire du lèche-vitrine devront se contenter de parcourir la boutique par section.

@claudegohier Les fiches sont des miroirs de celles sur les sites des marchands participants…

— Francois Charron (@francoischarron) September 13, 2016

À noter que Shooopping.ca n’a jamais prétendu être l’endroit par excellence où trouver les meilleurs prix. N’empêche, un Galaxy Note à 729$, c’est très cher payé pour un appareil introduit en 2011.

Comment y vendre ses produits?

Pour vendre sur Shooopping.ca, les marchands doivent inévitablement faire affaire avec VotreSite.ca, une autre initiative de François Charron, afin de se bâtir une boutique en ligne «pour moins de 20$» par mois. Cette boutique pourra ensuite être liée à «ce nouveau marketplace», comme le mentionne le communiqué.

Enfin, bien qu’on précise que lorsqu’un internaute achète un produit, il fait affaire directement avec le marchand, des redevances de 5% seront perçues sur chaque transaction, dont 2% servirons à couvrir les frais de la plateforme et 3% seront réinvestis dans la promotion.

Croyez-vous que cette initiative pourra sérieusement menacer Amazon?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine