Magazine Insolite

Pourquoi dit-on « Passer sur le Billard » quand on va se faire opérer ?

Publié le 12 septembre 2016 par Celinepcpl @PCPL_officiel

Pourquoi dit-on « Passer sur le Billard » quand on va se faire opérer ?

Avant toute chose, permettez moi un petit message personnel :
" Pardon Chéri mais je vais briser tes illusions. Ne m'en veux pas. Sois fort. Je t'aime "
Voilà...
C'est que le thème de ce post m'a été soufflé par ma moitié qui, tout fier de lui, a sans doute pensé me coller hier soir en me jetant au visage ce défi : " Tu sais d'où vient l'expression " Passer sur le billard " ? "
Pas bégueule, j'ai à mon tour répondu avec panache : " Parce qu'avant on n'avait pas de table fixe pour opérer et donc on utilisait des tables de billard pour allonger les corps ayant besoin de chirurgie "
Sur le coup, j'ai fait mouche !
Et je pensais même avoir parfaitement raison avec ma réponse.
Pourtant on dirait bien que j'avais tort...
Corneguidouille ! Mais ça vient d'où alors ?

- L'Origine Sportive :

Bien qu'elle ne soit manifestement pas juste, ma réponse n'était pas complètement dénuée de sens.
Évoquer le billard comme table de chirurgie de fortune est bel et bien une des hypothèses avancées pour expliquer l'origine de l'expression " passer sur le billard ".
Le billard se joue dès le 14ème siècle, mais originellement pas sur des tables.
Il s'agit en effet d'un dérivé du croquet développé par ses adaptes pour pratiquer leur activité favorite en intérieur.
Il s'agissait de faire glisser une masse sur un bâton recourbé afin de venir percuter des boules de bois de 10 cm de diamètre pour les faire passer à travers des arceaux.
Ledit baton était appelé baliyard en Angleterre et lihard en France. (voyez le truc ?)
On estime que cette pratique du billard " au sol " dura environ 2 siècles.
J'imagine volontiers qu'au vu de la difficulté du jeu, ça devait bien occuper les longues soirées d'hiver !

Pourquoi dit-on « Passer sur le Billard » quand on va se faire opérer ?
La première table attestée de billard telle que nous la connaissons aujourd'hui date de 1469.
Elle mesurait 8 pieds de long et 4 de large (soit environ 2,50m sur 1,30m) et pesait 618 livres (un peu plus de 300kg).
Compte tenu de sa masse imposante, la table de billard était donc une des seules surfaces planes de grande taille fixe qu'on trouvait dans les châteaux.
Je rappelle à toutes fins utiles qu'au Moyen-Age, les tables à manger n'existaient pas : on déplaçait des planches et des tréteaux aux grès des pièces où on ripaillait.
Le billard aurait alors servi, à l'occasion, en cas d'urgence, quand on n'avait pas le temps de trouver mieux, de table de chirurgie.
Une anecdote de 1870 atteste d'ailleurs de cet emploi : blessé lors de bataille de Sedan (guerre franco-prussienne), le Maréchal Mac-Mahon fut vraiment opéré sur une table de billard à l'arrière d'une brasserie.
On trouve même trace de telle pratique dans la littérature, tel que dans " Madame Bovary " de Flaubert où il est question de l'opération d'un pied-bot sur une table de billard.
Pourtant ce ne serait pas l'origine de l'expression " Passer sur le billard ".
Arf Dommage !
(Pensée émue pour mon zhomme dont la culture générale vient d'en prendre un sérieux coup. Devant l'ampleur de la désillusion, permettez-moi une minute de compassion avant de continuer)

- L'origine Militaire :

Si on s'en réfère aux travaux du linguiste Gaston Esnault, pendant la 1ère Guerre Mondiale, les soldats appelaient " billard " le No Man's Land " entre 2 tranchées..
" Monter sur le billard " désignait alors le fait de sortir de sa tranchée pour lancer une opération.
Les malheureux qui mourraient dans cette zone " restaient sur le billard " tandis que ceux qu'on devait opérer sur place " passaient sur le billard ".
Après la Grande Guerre, le terme serait resté dans le langage courant : au 19ème siècle par exemple on disait " dévisser son billard " pour parler du fait de passer de vie à trépas.

- L'Origine tordue Grivoise :

Selon Claude Duneton, historien du langage, " le billard " désignait le lit charnel, celui où on faisait du sesque, là où on a (normalement) des sensations fortes.
Relativement logique quand on considère que le jeu de billard consiste à pousser des boules dans des trous à l'aide de queues (même si la puriste que je suis vous dira qu'on parle de billes et de poches mais passons...)
Il ne fallut pas longtemps pour que les rouages de l'antiphrase et de l'argot se mettent en branle (ah ah ah !) et que " passer sur le billard " désigne le fait de devoir subir une chirurgie; et vues les techniques rudimentaires d'anesthésie, la " jouissance " risquait fort d'être aussi très intense... bien que d'une autre nature.

- L'Origine Médicale :

La racine la plus probable à mon sens de l'expression " Passer sur le billard " est à chercher chez les dentistes !

Pourquoi dit-on « Passer sur le Billard » quand on va se faire opérer ?
En 1834, le Dr Louis Alexandre Billard fonde la 1ère fabrique de matériel dentaire dans laquelle il produit aussi bien des prothèses en porcelaine que de l'instrumentation.
Dès 1875, en s'inspirant du fauteuil Justus Ask (de la maison américaine R.W.Archer), il propose un fauteuil de dentiste à bascule avec crachoir, hauteur réglable et tout le toutim : ancêtre moins high-tech mais rudement proche quand-même du fauteuil qu'on connait aujourd'hui.
Pourtant modèle de prestige, le fauteuil Billard trouva rapidement place dans de nombreux cabinets dentaires et c'est tout naturellement que, quand on venait se faire soigner les dents, on " passait sur le Billard " 😉
La majuscule a disparue et l'expression est passée dans le langage courant pour désigner indistinctement tous les actes de chirurgie.


Pourquoi dit-on « Passer sur le Billard » quand on va se faire opérer ?

Source :
- " 100 expressions à sauver " - B.Pivot
- " On va le dire comme ça : Dictionnaire des expressions quotidiennes " - C.Bernet et P.Rézeau-Balland.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Celinepcpl 1053 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine