Magazine Info Locale

« Liberté, liberté chérie » le cri de Pierre Mendès France contre l'injustice

Publié le 25 septembre 2016 par Gezale

« Liberté, liberté chérie » le cri de Pierre Mendès France contre l'injustice

Vincent Duclert (à g) et Claude Cornu de la SED.

Ecrit en 1942, édité en 1943 à New York, « Liberté, liberté chérie » de Pierre Mendès France raconte le combat d’un homme pour défendre son honneur bafoué, son attachement viscéral aux valeurs républicaines mais également l’engagement d’un combattant toujours prêt à se placer au service d’un patriotisme actif dans la lutte contre l’occupant nazi. Il aura fallu l’intervention énergique du général de Gaulle pour que Pierre Mendès France cesse ses opérations aériennes à risque.
Homme d’honneur et de principes, Pierre Mendès France le demeurera toute sa vie. C’est sans doute pourquoi la 4e République s’accommoda mal d’un tel dirigeant plus enclin à défendre des idées, des projets et « agir » qu’à se livrer à des jeux stériles conséquence d’un régime des partis qui mena la France au bord du gouffre en 1958. Sa haute idée de la politique le condamna malheureusement à être considéré comme rigide voire austère quand son attitude n’était rien d’autre que de la rectitude et le respect d’une conscience éclairée.
Devant les auditeurs de la Société d’études diverses de Louviers et sa région, Vincent Duclert, historien, chercheur au Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron (EHESS) a narré avec conviction l’histoire d’un livre écrit par un homme blessé ayant soif de justice et de vérité mais accessible à l’affect si l’on en juge par les pages consacrées à Louviers, sa ville, sa maison des Monts, ses amis fidèles, qu’il survole lors d’une opération de bombardement de son escadrille des FFL (à lire dans les carnets de guerre).
C’est une bonne idée d’avoir réédité le livre de PMF en 2015 (1) et d’y avoir adjoint des annexes permettant de mieux comprendre la démarche de celui qui allait devenir président du conseil et résoudre la coûteuse guerre d’Indochine, réussir la transition en Tunisie sans oublier de laisser en mémoire une méthode fondée sur la nécessité d’informer le citoyen pour qu’il comprenne les actes de ses dirigeants et puisse, le cas échéant, lui demander des comptes. Eric Roussel, ancien président de l’Institut Mendès France, brossa les traits saillants de ces 7 mois et 17 jours qui appartiennent, comme on dit aujourd’hui, au roman national.
Ce livre de guerre avait une autre vocation. Edité aux Etats-Unis (il ne parut en France qu’en 1977 à l’initiative l’éditeur Fayard) Pierre Mendès France voulait également convaincre les Américains que Vichy n’était pas toute la France et que bien des citoyens de notre pays contestaient l’occupation et approuvaient la lutte des Anglais contre l’armée allemande et le régime nazi. A cette époque, bien des Français — et qui n’avaient tous, loin s’en faut — les Gaulois pour ancêtres, s’engageaient dans une résistance active (pour une minorité d’entre eux) ou une passivité, certes moins dangereuse, mais utile pour affaiblir Vichy.
Jean-Denis Bredin et Christiane Rimbaud ont, chacun avec leur talent, raconté le procès Mendès France de Clermont-Ferrand et cette accusation inique de désertion alors que PMF voulait rejoindre l’Afrique du Nord pour y continuer le combat. Son évasion lui permit non seulement de recouvrer sa liberté mais aussi et surtout de faire pièce aux accusations de Vichy et sa justice aux ordres. « Liberté, liberté chérie » demeure donc un livre essentiel dans la compréhension du ressentiment de Pierre Mendés à l’égard d’un pouvoir qui voulait à tout prix accuser et diffamer les hommes du Front populaire.
(1) Gràce à Michel Mendès France (l'un des fils de PMF) et Joan son épouse qui ont compulsé nombre d'archives personnelles ou publiques.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7322 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine