Magazine Voyages

Osons la subjectivité… en toute objectivité !

Publié le 27 septembre 2016 par Jlboulin @etourismeinfo

Bonjour à tous,

Lors de mes rencontres et balades de l'été indien, j'ai la chance de rencontrer des gens qui sont passionnants et souvent passionnés dans ces DMO (Promoteurs de Destinations hein ! ) ... Mais, mais, mais... on va se la jouer pessimiste un peu : est-ce le climat ambiant de fusion, la remontée en première ligne des fameux " Z'élus ", les organigrammes qui mettent du temps à arriver ou l'annonce de la fin de l'aventure spatiale de la sonde Rosetta 🙂 , je n'arrive pas à trouver la cause de ce mal toujours si présent :

la Normalitude ObjectivITE

Oh vous avez raison, encore un billet où vous n'apprendrez pas grand chose sur le fond, on est à la limite de l'enfonçage de portes ouvertes mais la réalité est bien là, on n'ose toujours pas assez !

" Moi j'aimerais bien, mais au dessus, ca passera jamais ! "

Quand votre métier est d'embarquer les gens dans des idées originales ou plus simplement " de bon sens " quand on se place côté client, vous rencontrez souvent des professionnels motivés mais trop cadrés, trop flippés, trop objectifs. Quand on se promène sur des sites web de destination, on peut souvent faire un constat simple : ON VA CREVER D'OBJECTIVITE NORMALISANTE

On a besoin de mettre un peu de folie, un peu de " Non mais les z'élus, jamais ils vont accepter... eh be Si !!!! ", un peu d'oxygène tout simplement en allant regarder ailleurs ceux qui osent, hors tourisme, hors cadre...

On a autant besoin de vos tripes et de votre coeur que de votre cerveau de développeur touristique !

Y mettre ses convictions, son coeur, ses tripes, sa subjectivité, celle de vos collègues, celle de vos acteurs locaux, sur du contenu classique mais aussi sur ces contenus " sensoriels " comme la musique... voici autant de petits rappels ou conseils avec un objectif... Vous donnez un peu d'argumentaire quand vous motiverez ces choix à " celui au dessus " 🙂 . Ceux qui me subissent en semaine (ouais à la maison, ca saoule mes gamins quand je leur fais une conf' le samedi soir sur l'Humatérialisation), vous allez saturer, désolé par avance.

1 | Le site le plus subjectif du monde est le plus populaire

Ces DMO qui sont contraints parfois à cette objectivité sur leurs supports de promotion, web ou papier, pourraient juste mettre sur pause deux secondes quand vous entendrez dans une prochaine réunion de service, de projet, de pilotage ou tupperware le fameux " Oui mais c'est totalement subjectif ! " ...

Les amis !!! le site web touristique le plus consulté au monde est le site le plus SUBJECTIF du monde ! Alors on fait quoi de notre " objectivité " quand on vit dans un monde qui attend de la subjectivité ?

2 | le Fameux " Oui Mais Vous " ! 15 secondes avec un " local "

Second argument présenté l'an passé aux ET11, ce léger problème que nous avons face à ce client autonomiste parfois, qui prépare seul son séjour... ou l'autre qui débarque " ignorant " face à un expert local de destination. 5 à 10mn quand on a le temps de bien cocooner ce voyageur d'un jour ou ce local de toujours et à la fin... ces 15 secondes qui remettent en cause toute une stratégie " professionnelle "

Rencontrant des centaines de " conseillers en séjour " dans mes balades APEX (Accueil par Excellence) , la même formule revient partout quand on ne va pas au bout de la sélection... arrivé à deux ou trois choix pertinents ciblés par un Professionnel de la Destination, on a droit à la phrase qui devrait interpeller tous les acteurs touristiques (DMO + prestataires touristiques) :

" Oui mais vous ! "

Ca devrait titiller tout le monde, car on a face à nous un voyageur qui ne veut plus l'avis d'un professionnel de la destination mais celui de ce LOCAL qui vit ici tout l'année et qui a tous les bons plans, tous les secrets pour éviter les pièges à touristes. Ce n'est pas pour rien si le collaboratif, le communautaire, le monde des " makers " concurrence directement l'expertise professionnelle d'une destination...

Pas étonnant qu'Airbnb rachète Trip4Real la semaine dernière pour mettre en liaison des LOCAUX motivés (par la destination ou l'oseille) avec des VOYAGEURS qui donnent plus de crédit à un " amateur local " qu'à un " expert professionnel "

Bon ca vaudrait le coup de se poser non ?

3 | " La claque dans la tronche " , pas trouvé mieux là

Et pour aller au bout de cette argumentation sur la victoire de la subjectivité sur l'objectivité, rien de mieux que de faire cet exercice vicieux mais qui peut avoir l'effet d'une claque dans la face quand on le réalise. Je vous invite à faire un petit montage à partir d'une fiche SIT si tristement posée sur une page d'un site web de DMO.

  1. Prenez la fiche détaillée d'un des phares majeurs de votre destination
  2. Faites une capture d'écran avec la zone de description de votre offre bien centrée
  3. Effacez/masquez le texte saisi dans votre SIT, vous savez, ce texte saisi par quelqu'un qui n'a jamais vécu l'expérience proposée par cette offre
  4. C'est maintenant que ca va piquer...
  5. Allez sur Tripadvisor pour faire un copier/coller d'un avis super cool, assez riche en contenu
  6. Remplacez la description d'origine par ce témoignage client
  7. Invitez le maximum de monde maintenant à regarder les deux fiches, l'originale et celle avec le témoignage
  8. Respirez... très fort car le constat est simple : Un client amateur ayant vécu ce moment/experience est meilleur VRP d'un professionnel placé devant son écran

Cet exercice que nous pratiquons souvent permet vraiment de réaliser le gap entre l'image de ce qu'on veut donner au voyageur et la réalité... Quand vous lancez le kamoulox des 10 mots les plus creux du monde qui inondent nos descriptifs, vous prenez peur.

4 | Jouer les " touristes " ... devrait être dans toutes les fiches de poste

Dans la continuité du point 3, on a vraiment un souci à régler car ce ne sont pas des retours isolés qu'on peut avoir dans nos tours de France des gens motivés. Ces gens qui vous disent qu'au dessus, on ne veut pas libérer du temps pour tester (pas juste un Eductour) les offres qu'on va valoriser.

Osons la subjectivité… en toute objectivité !

Je vous laisserai revenir si vous le souhaitez sur le billet traitant de l'expérience d'un Concierge Clefs d'Or qui ne peut recommander une personne et une adresse à un " invité " qu'après l'avoir expérimentée

4 | La magie des secrets de vos acteurs locaux totalement subjectifs

Que ce soit Airbnb avec sa Local List dont on vous parlait il y a peu dans le blog, collecte des meilleures adresses d'hôtes Airbnb

Osons la subjectivité… en toute objectivité !

Que ce soit le travail fait par ces experts locaux motivés sur leur destination qui osent changer les codes en demandant à leurs prestataires leurs secrets

Osons la subjectivité… en toute objectivité !

Dans tous les cas, il est vital pour moi de décomplexer les DMO sur leur rôle et sur leur relation avec les prestataires touristiques. C'est hyper apaisant d'avouer aux acteurs locaux qu'un DMO ne sait pas tout ! Encore plus dingue 🙂 , je vous mets au défi lors de votre prochaine invitation (et non convocation) à vos prestataires de placer les termes suivants dans le titre et dans l'accroche :

...Ensemble .. & ... On a besoin de vous

Vous allez voir que vous êtes obligés de changer la façon d'aborder vos rencontres... elles vont devenir interactives et vous allez pouvoir profiter de toute la superbe subjectivité de ces acteurs qui délivrent leurs secrets au petit déj' d'une chambre d'hôtes ou d'un hôtel, en donnant le pain quand on est boulanger, en aidant un voyageur quand on est chauffeur de bus... n'oubliez personne ! et Soyez le plus grand collecteur de subjectivité de votre destination !

Vous pourrez alors proposer les meilleurs spots de siestes comme Brive 🙂 sans aucun complexe !

4 | Lachez la collec' de guides d'OT et foncez dans une librairie !

Dernier point, soyez subjectifs et fous fous fous ... en arrêtant de regarder chez vos confrères pour faire votre prochain guide de destination. Le fameux Marketing de Panurge qui est en train de tuer la créativité, l'originalité, la personnalité, la subjectivité de vos créations... quand tout le monde ressemble à tout le monde... il est temps d'aller respirer, de trouver votre oxygène personnel ailleurs.

Oser l'originalité dans les éditions papier aussi devient un challenge hyper motivant pour des équipes parfois lassées à l'idée de se remettre dans la nouvelle édition. Alors un conseil simple partagé avec quelques connaissances bien amicales qui souriront en voyant cet article :

prenez 100 euros et achetez du Flow, du Voyageurs du Monde, du Mode et Travaux

Vous trouverez bien plus d'arguments dans tous ces magazines hors tourisme pour oser votre subjectivité, votre créativité... 🙂

Bonne journée à tous en toute subjectivité !

Osons la subjectivité… en toute objectivité !

Pierre Eloy est le fondateur de Touristic et le co-fondateur d' Agitateurs de Destinations Numériques, entreprises bordelaises dédiées aux solutions numériques pour les professionnels du tourisme. Les interventions de Pierre, son cœur lorrain et sa vie dans le Sud Ouest en font un personnage incontournable du tourisme digital et relationnel ! Ne vous étonnez pas si un jour vous le croisez dans une boulangerie californienne, il a promis qu'un jour il serait boulanger !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlboulin 68606 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine