Magazine Journal intime

Rions un peu avec les prix littéraires

Par Gui10sto
D'aucuns diront que je suis chafouin. Hé ! Je prendrai ça pour un compliment ! Alors, en pleine période de bisou et révérences réciproques, courbettes et retours d'ascenseurs, les jurys des prix littéraires sont de tous les combats (de salon). Les listes des prix les plus courus se réduisent actuellement par la proclamation des secondes sélections qui voient certains titres disparaître de la compétition. Ceci par un phénomène d'entonnoir duquel, d'ici quelques jours ou semaines, sortiront les vainqueurs et sur les livres desquels les bandeaux rouges signaleront aux lecteurs bovins qu'il faut acheter ce livre-là, et pas un autre. Vaste mascarade et pantalonnade associée. 
Rions un peu avec les prix littérairesNon en fait le plus drôle c'est le prix du style. Car oui, il existe un prix du Style (avec un S majuscule comme Superman) qui a - je cite - "vocation à récompenser, pour sa qualité stylistique, un livre écrit par un auteur vivant, d'expression francophone, paru dans l'année écoulée". Ah ben oui, le prix du Style s'intéresse à "la qualité stylistique", on s'en serait pas douté tiens ! Mais alors c'est quoi le style hein ? Ben ça on le saura pas, dommage. Le palmarès de ce prix est en lien sur le site du prixMais là où c'est le plus drôle, là où l'absurdité du monde prouve une nouvelle fois sa toute puissance sur nos vies aux épaules en pâte à mâcher, c'est quand on apprend que le jury de ce prix du Style vient d'accueillir... Marc Lévy. Oui, oui, Marc Lévy. Pour ceux qui n'auraient pas lu quelques lignes de cet auteur, un rapide tour sur ce florilège de citations de ce champion du box office permettra de comprendre toute l'ironie de cette sélection. Je ne résiste pas au plaisir pervers de signaler quelques perles puisées dans cette anthologie du Style : - "Le temps ferme toutes les blessures, même s'il ne nous épargne pas quelques cicatrices".- "A écouter mon cœur tambouriner dans ma poitrine, je me suis dit qu'on pouvait peut-être mourir d'un baiser".- "Tu vois, en amitié on ne passe pas devant le maire, alors il n'y a pas vraiment de date anniversaire ; mais ça peut quand même durer toute une vie puisqu'on s'est choisis".Bon, j'arrête ici, vous avez compris le topo. Une fois ou deux ça passe mais quand on en tartine des bouquins entiers... Allez, j'arrête aussi, il ne faut pas tirer sur l'ambulance, c'est mal. Mes petits yeux rieurs de chafouin en guenilles vont finir par s'humidifier devant tant d'émotion. Ah bon sang ce que c'est c'est bon de rire, alors vraiment merci le prix du Style ! 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gui10sto 292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte