Magazine France

#Bordeaux sur-endettée : et ça veut gérer la fRance… #LR #AJ2017

Publié le 18 octobre 2016 par Gédécé @lesechogaucho

Quand on est (un peu) informé, on sait déjà à quel point la ville est dure pour les pauvres, les précaires et les sans voix. Bordeaux est en effet une ville bourge, chère, c’est de notoriété publique. En outre, la culture alternative n’y a guère droit de cité, tant elle est asphyxiée. Un repaire de dangereux gauchistes, sans doute… Mais ce que l’on sait moins, et qui fait plutôt tache, c’est que c’est aussi l’une des villes de fRance les plus endettées. Voilà une information qui est probablement mal venue à l’heure où le chouchou des sondages est porté en triomphe… Pourtant, il est régulièrement accusé de dissimuler l’endettement réel de sa ville. Cette fois, ce sont les élus d’opposition (PS, EELV) qui montent au créneau,  sur le registre judiciaire cette fois. Ils  estiment que le fait de contracter encore un nouvel emprunt permet de dissimuler le taux d’endettement.

capture

Que dénoncent-ils exactement ?

L’opposition estime que le maire Alain Juppé a tenté de masquer une explosion de l’endettement de la municipalité en inscrivant dans les comptes 2015 des recettes sous forme d’emprunts à venir, présentées comme des « restes à réaliser », pour un montant d’environ 49 millions d’euros.

… une paille.  Partout ailleurs, le procédé serait qualifié plus précisément de Cavalerie. Une accusation grave ? Déjà, la sincérité des informations financières fournies par l’équipe municipale peut-être très objectivement remise en question dans la mesure où l’on sait que le taux d’endettement par habitant a  déjà été  quasiment multiplié par deux  (il est passé de 892,31 euros à 1 501,43 €)  car il  n’intégrait pas les charges liées aux partenariats public privé (PPP) du nouveau stade et de la Cité municipale. L’opacité et la volonté d’enfumage est donc réelle. On attend plus de transparence de quelqun qui se présente comme un homme providentiel… et intègre (ceux qui savent, ne riez pas !😉.

Ceci écrit, que l’on ne me demande pas d’être le dupe de cet étrange concours de circonstances qui veut que cette affaire tombe si merveilleusement à point, au moment même où les hollandolâtres s’aperçoivent combien leur si médiocre chouchou est en difficulté.  Ceci d’autant plus qu’ils ne pourront pas compter encore une fois sur le rejet de Sarkozy… D’où leur intérêt de balancer le maximum de boules puantes pour faire tomber Juppé, un candidat bien moins facile pour le capitaine de pédalo… L’habituel jeu « tacticien » des politiciens de bas étage qui nous écœure tous tellement de la politique, et des politiciens. Tous les mêmes, et y en a marre.

Mais dans l’histoire, ce que l’on retiendra d’essentiel, c’est que le consentement éclairé des électeurs à ce système en fin de course, si peu démocratique, qui veut et voit l’alternance de toujours la même oligarchie,  est purement facultatif. Les jeux ne sont-ils pas déjà faits ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte