Magazine Bien-être

Apprendre à traquer tous les polluants

Publié le 02 novembre 2016 par Brunetisa

200 alertes santé.jpg

Je viens de terminer la lecture du livre du Dr Pierre Souvet 200 alertes santé environnement (les substances toxiques à la loupe. Quels risques et comment s'en protéger ?) chez Guy Trédaniel éditeur.

Le livre est préfacé par Nicolas Hulot.

Le Dr Souvet est cardiologue et président de l'Association Santé Environnement France regroupant plus de 2500 professionnels de santé.

On entend régulièrement parler des parabens, des perturbateurs endocriniens, du DDT et des polluants atmosphériques mais nous ne savons pas toujours à quoi cela correspond ni comment s'en protéger. Et c'est sans compter les nombreuses substances toxiques dont les médias ne parlent pas.

Ce livre est un abécédaire très complet (qui va de Acariens à Zoonose) qui nous permet de nous retrouver dans la jungle des substances toxiques qui nous entourent continuellement et que nous ingurgitons sans le savoir et de leurs effets. Comprendre leurs impacts et mieux les connaître nous permet de mieux les traquer, mieux les débusquer et mieux les éviter afin de devenir un "consommateur éclairé".

Nous pouvons ainsi reprendre notre santé et celle de notre famille en main et devenir un conso-acteur.

A cet effet, le livre comporte également de nombreux conseils pratiques qui nous permettent d'agir au quotidien afin d'être en meilleure santé, d'avoir "un corps sain dans un environnement sain". 

Il est donc indispensable et devrait être remboursé par la sécurité sociale !

Et, pour terminer, voici un extrait du livre :

"Ethers de Glycol

Les éthers de glycol sont des solvants sans odeur très efficaces. Ils permettent de mélanger des substances qui ne peuvent pas l'être normalement. Par exemple, de la graisse avec de l'eau. On en trouve dans les sprays à vitre, les lingettes pour bébé, ou encore dans certaines peintures.

 Sont-ils toxiques ?

On peut y être exposé par les voies respiratoires ou par la peau. Si certains peuvent être neurotoxiques à très fortes doses, d'autres sont décrits comme irritants pour la peau et les yeux en cas de contact prolongé et/ou répété. Des études ont montré des effets reprotoxiques chez la femme enceinte à l'origine de malformations chez l'enfant. D'autres ont montré des effets sur la qualité du sperme - et notamment une sur les hommes employés par la municipalité de Paris. Ils peuvent aussi altérer la qualité du sang pouvant conduire à la leucémie.

Tous égaux ?

Mais attention, s'ils sont tous irritants, ils ne se valent pas tous sur le plan de la toxicité. Les plus toxiques sont au nombre de cinq et sont classés "toxiques pour la reproduction" catégorie 2. Cela veut dire que des effets ont été démontrés chez l'animal, et qu'il est probable qu'il en soit de même pour l'espèce humaine. Seuls trois d'entre eux sont commercialisés en Europe : l'EGME, l'EGDME et le DEGDME.

Comment les éviter ?

D'abord je tiens à préciser qu'il est très difficile de décrire précisément la toxicité des éthers de glycol. En effet, chacun d'entre eux possède des propriétés spécifiques et donc une toxicité propre. Je vous invite néanmoins par précaution à vous méfier de la famille toute entière. Vous pouvez être en contact avec eux de diverses façons : en respirant l'air dans une pièce repeinte, en vous maquillant, en vous teignant les cheveux ou encore en nettoyant vos vitres. A l'heure actuelle, il est très difficile de savoir si un produit donné contient des éthers de glycol et si ces derniers sont dangereux ou pas. Mieux vaut donc opter pour la prudence - surtout si vous êtes enceinte. Essayez d'utiliser un maximum de produits écolabélisés (les éthers de glycol y sont interdits) et si ça n'est pas le cas, pensez à lire avec attention les précautions d'emploi."

Retrouvez le livre en entier en cliquant ici


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Brunetisa 10911 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine