Magazine Conso

Les orchidées d'exception nous font rêver, seconde partie

Par Joël Bruffin @joeltwitt38

Les orchidées d'exception, matières à réflexion, suite de la note d'hier via l'Office Hollandais des Fleurs.
Plantes d'intérieurs aux fleurs extraordinaires, les orchidées d'exception se fondent à merveille dans la tendance « The World Beyond », caractérisée par un univers féérique. Abondance de couleurs moirées, de tâches colorées, multiplication de pierres semi précieuses, de cristaux, d’effets brillants et irisés... autant d’opportunités de jouer avec les orchidées. Elles sont idéales pour créer des univers hors du commun où l'extravagance est de mise. Elles se marient ainsi parfaitement à de la porcelaine étincelante et de l'émail nacré. Elles sont à leur place également, dressées dans des pots colorés aux dégradés façon batik. Le vert, le vert-de-gris, le rouge foncé, le lilas... leur vont comme un gant ! On s'amuse de leur étrange silhouette, parfois menue ou tordue, qui permet de d'imaginer des ambiances pleines de poésie. Et pour un effet unique, on s'offre encore trois trésors de la nature le Zygopetalum, le Brassia et le Dendrobium.

Le Zygopetalum, belle de mode

OHF Orchidée Zygopétalum
Cette belle Sud-Américaine a suivi son petit bonhomme de chemin dans le milieu de la mode. Chaque saison, sur les podiums de la Fashion Week brésilienne, on voit défiler un vestiaire dans des tons de bruns, violets et verts, sa palette de couleurs favorites, mais aussi des motifs évoquant des tâches et des deltas, caractéristiques de ses pétales.
Pas de doute, voilà LA muse des créateurs du pays. Et pourtant le Zygopetalum n’a rien d’une fleur mondaine, venue de milieux privilégiés : elle pousse sur la souche des arbres, sur les rochers et parmi les feuilles tombées au sol. Une belle fleur toute simple en somme, issue de l’une des plus petites familles d’orchidées comportant 15 espèces connues, dont certaines dégagent un parfum délicat. Ses pétales saillants ont inspiré son nom composé du mot grec zygon qui signifie « joug ». On peut aussi le rapprocher de Zygo, qui, dans la mythologie grecque, est la première rivière, celle dont découlent toutes les autres car le labelle du Zygopetalum est parcouru de striures évoquant de petits ruisseaux. De quoi stimuler l’imaginaire.
Conseils beauté
Si le Zygopetalum demande de la lumière, il craint aussi le soleil direct. Après sa floraison, coupez les tiges à la base. L’orchidée produira alors plus de fleurs lors du prochain bourgeonnement.
Mais il faudra vous armer de patience pour voir ses fleurs aux tons bordeaux, verts, bruns et parfois bleus car elles peuvent mettre de 8 à 12 mois pour s’épanouir à nouveau.

Surprenant Brassia

OHF Orchidée Brassia
Attention, plante hors du commun ! Le Brassia avec ses fleurs aux longs pétales évoquent immédiatement une araignée. Une apparence qui n’est pas anodine puisqu’elle lui permet d’attirer les guêpes noires qui piquent son labelle et provoquent la pollinisation d’autres Brassias. Autre caractéristique étonnante : il bouge quand on passe près de lui, ce qui lui vaut en Amérique Centrale et du Sud, ses régions d’origine, le surnom de « Dame dansante ».
Mais ne vous arrêtez à son allure d’orchidée-araignée. Observez-le. Il est absolument fascinant avec ses tiges retombantes sur lesquelles se développent 10 à 15 fleurs. Ces dernières d’un diamètre imposant de 15 à 20 cm, sont vertes, mouchetées de violet et de noir, avec un labelle aux tâches vertes atypiques. Une fleur incroyable qui trouve toute sa place dans les cabinets de curiosité.
Conseils beauté
Le Brassia, qui doit son nom à l’illustrateur William Brass, chargé par Sir Joseph Banks à la fin du 18e siècle de rassembler des orchidées originales, a tout d’une plante exotique. Et pourtant, il se plaît dans les salons. Comme tous les membres de sa famille, il n’est jamais aussi beau que quand il est un peu négligé par son propriétaire. Une bain d’eau fraîche d’une demie heure tous les 10 ou 15 jours et un peu d’engrais pour les orchidées suffisent à son bonheur dans un environnement sans soleil direct.

Le Dendrobium, bonne nature

OHF Orchidée Dendrobium
Le Dendrobium a l’âme voyageuse. On le trouve aussi bien aussi bien dans les montagnes de l’Himalaya que dans la jungle de Nouvelle-Zélande ou en plein désert australien. Autant dire qu’il s’acclimatera sans problème à un intérieur. Et cela pour le plus grand plaisir de tous ceux qui aiment jouer la carte de l’originalité. Car le Dendrobium, qui compte plus de 1 200 espèces différentes, est très différent des autres orchidées avec ses fleurs délicieusement parfumées qui sont disséminées par groupes et poussent sous ses petites feuilles. Il évoque un arbre miniature ! Il produit deux floraisons d’une durée de quatre mois. Découvert en 1799 par Olof Schwartz, cette superbe plante épiphyte pousse sur les arbres sans nuire à leur santé. Elle doit son nom à cette particularité : composé des mots grecs « dendron » qui signifie arbre et « bios », vie. Autre preuve de sa bonne nature : le Dendrobium est connu pour dépolluer l’air de certaines particules comme le tolène et le xylène.
Conseils beauté
Facile à vivre, Le Dendrobium apprécie un environnement légèrement humide. Si l’air intérieur est très sec, le plus simple est de vaporiser les bourgeons des orchidées tous les jours. Cela empêchera les fleurs de sécher ou de ne pas éclore. Vous pouvez également l’oublier et laisser sa terre s’assécher complètement. Il se contente d’une baignade d’une bonne demie heure dans l’eau avec de l’engrais spécial orchidées tous les 10-15 jours.

Sources Office Hollandais des Fleurs, http://www.officedesfleurs.fr/


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joël Bruffin 10955 partages Voir son profil
Voir son blog