Magazine Auto/moto

Mazda6 GT 2016 : essai routier

Publié le 04 novembre 2016 par Critiqueauto
Mazda6 GT 2016 : essai routierUne belle découverte

Quand on jette un œil à la Mazda 6 2016, il faut y regarder de très près pour voir des différences avec le modèle de l'an dernier. Par contre, à l'intérieur, c'est une tout autre histoire. Mazda a complètement revu la planche de bord de sa grande intermédiaire pour lui donner une allure plus moderne et plus cossue. Et je dois dire que c'est réussi. Alors, on se demande bien pourquoi cette superbe intermédiaire se vend dix fois moins qu'une Toyota Camry.

Belle et confortable, la 6

Quand on s'assoit derrière le volant de la Mazda 6 Grand Touring équipée de l'ensemble Technologie, on commence à comprendre les raisons qui poussent certains consommateurs à la préférer aux autres voitures de sa catégorie. D'abord, on est assis beaucoup plus bas que dans les autres modèles concurrents et on a plus l'impression de faire corps avec la voiture. On se retrouve devant une planche de bord des plus complètes et très bien conçue où tout est à sa place, y compris l'écran tactile de sept pouces. Les matériaux sont de très bonne qualité, et l'on note tout de suite l'absence de plastiques durs dans l'habitacle. Dans la console centrale, on note également l'absence de levier de frein à main; en effet, Mazda a remplacé son frein à main à levier par un frein électronique qu'on applique en tirant sur un simple bouton. Comme tous les autres modèles GT de la marque équipés de l'ensemble Technologie, l'équipement est pour le moins complet. Je m'abstiendrai donc d'en faire la nomenclature. Vous pourrez tout trouver sur le site Web du fabricant.

L'habitacle de la Mazda 6 est spacieux. À l'arrière, c'est généreux pour les jambes et pour la tête. À l'avant, les sièges sont recouverts de cuir deux tons, sont chauffants et offrent un excellent confort ainsi qu'un bon maintien latéral. Le siège du conducteur est à réglage électrique, tandis que celui du passager est à réglage manuel. Pour ce qui est des sièges arrière, ils sont aussi confortables et chauffants. Pour ce qui est du coffre, il offre une capacité de 419 litres; c'est suffisant pour une famille de quatre, mais c'est légèrement sous la norme de la catégorie.

Mazda6 GT 2016 : essai routier
Mazda6 GT 2016 : essai routier
Mazda6 GT 2016 : essai routier

Équilibrée et dynamique, la 6

Comme c'est le cas depuis quelques années déjà, qu'il s'agisse d'une GX, d'une GS ou d'une GT, Mazda n'offre qu'une seule mécanique sous le capot de sa 6. Il s'agit d'un 4-cylindres de 2,5 litres à double arbre à cames en tête et à injection directe de carburant qui développe une puissance de 184 chevaux et produit un couple de 185 livres-pieds. Ne vous y trompez pas, malgré son gabarit, la Mazda 6 est une traction et n'a vraiment pas besoin d'un V6. En effet, on note un léger effet de couple dans le volant à l'accélération. À surveiller !

Quand on met le moteur en marche, difficile de ne pas remarquer l'affichage tête haute qui se déploie devant soi entre le volant et le pare-brise. Ce dispositif, à mon avis très utile et aussi très sécuritaire, donne la vitesse du véhicule, les données de direction du système de navigation, les alertes de sécurité et les données du régulateur de vitesse adaptatif. Voilà qui vous permet de rouler et de prendre le pouls de votre véhicule sans quitter la route des yeux.

Son 4-cylindres est couplé à une excellente boîte de vitesses automatique à 6 rapports avec mode sport et leviers de sélection au volant. Dans le cas de la Grand Touring, cette boîte est jumelée au système i-ELOOP qui récupère de l'énergie au freinage et à la décélération pour alimenter certains systèmes électriques de la voiture. Ce système fonctionne merveilleusement bien; jamais vous ne pourrez déceler sa présence. Notez également que les modèles GS et GT offre également une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Si j'avais un reproche à faire à son moteur à 4 cylindres, je dirais qu'il est bruyant au démarrage et à l'accélération. Une fois sa température de fonctionnement atteinte toutefois, il se fait oublier à vitesse de croisière.

Sur la route, cette grande berline m'a semblé particulièrement légère et affichait un tempérament plutôt sportif et équilibré. Après vérification, elle fait en effet une centaine de kilos de moins que la concurrence et est moins sujette au roulis. Elle vous assurera également une consommation de carburant digne d'une compacte. Au cours de ma semaine d'essai avec la 6 Grand Touring, j'ai maintenu une consommation moyenne de carburant de 7,3 litres aux 100 kilomètres; merci à la technologie SKYACTIV. Difficile de faire mieux avec une voiture de ce gabarit. Pour ce qui est de la suspension, elle est à quatre roues indépendantes avec ressorts hélicoïdaux et barre stabilisatrice, à jambes de force MacPherson à l'avant et multibras à l'arrière.

Mazda6 GT 2016 : essai routier
Mazda6 GT 2016 : essai routier
Mazda6 GT 2016 : essai routier

La Mazda 6 Grand Touring 2016 a été pour moi une belle découverte. Il s'agit d'une berline agréable à regarder et à conduire. En outre, elle est très économique et affiche un prix plus que raisonnable à 32 895 $ avec l'ensemble Technologie. Une véritable aubaine ! Cependant, pour terminer, j'ouvre une parenthèse sur l'étude faite sur la qualité initiale des véhicules par J.D. Power, étude rendue publique pendant mon essai de la 6. En 2015, selon cette étude, Mazda se classait 6 e parmi les 30 marques qui offraient les meilleures voitures sur le marché. Quand on jette un coup d'œil à la même étude de 2016, on a la désagréable surprise de constater que le fabricant japonais se retrouve 6 e parmi les 10 pires marques avec 127 problèmes par 100 véhicules. Mentionnons à titre de comparaison que la meilleure marque, Kia, affiche 83 problèmes par 100 véhicules, que la pire, smart, en affiche 216, et que la moyenne de l'industrie se trouve à 105 problèmes par 100 véhicules. Que s'est-il passé entre 2015 et 2016 ? Mystère et boule de gomme ! Mais le constructeur devra redresser la barre et vite ! Déjà, au mois d'août, les ventes avaient baissé de près de 4 %. Je ferme donc ici la parenthèse sur les problèmes de qualité initiale du constructeur qui, j'en suis sûr, fera de son mieux pour avoir une position plus enviable en 2017.

Les fleurs

  • Habitacle spacieux
  • Matériaux de bonne qualité
  • Système i-ELOOP efficace
  • Affichage tête haute
  • Consommation de carburant
  • Suspension et tenue de route

Le pot

  • Moteur bruyant au démarrage et à l'accélération
  • Léger effet de couple dans le volant
  • Classement du constructeur dans l'étude de J.D. Power sur la qualité initiale de 2016

Auteur: Richard Roch

Mazda6 GT 2016 : essai routier

Leave a Reply


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Critiqueauto 4697 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines