Magazine

cent fois

Publié le 05 novembre 2016 par Modotcom

cent fois
quand je suis en crisse comme vendredi
après avoir pris connaissance de ma note d'examen
je traverse toutes les émotions
des plus dramatiques
me suicider casser de la vitre crier fort
je n'ai rien fait de tout cela ne craignez pas
aux réactions les plus sages
je suis poussière dans l'univers
c'est absurde comme j'aime la complexité
pourquoi je ne me contente pas des chemins les plus simples
dans le bain en fin d'après-midi
je me suis souvenue que j'étais mortelle
et que ça n'avait aucune crisse d'importance
dans la vie de personne ni de moi-même
cette note d'examen au-dessus du passage
mais sous la moyenne
ce qui fâche la mortelle que je suis
c'est l'échec
puisque je ne suis pas encore devenue
engrais à pissenlit
je me permets de réfléchir encore
de dire et de radoter
au risque de me répéter
j'ai déjà vécu des échecs et je ne les prends pas bien
j'ai échoué plusieurs fois un examen de conduite
lorsque j'étais adolescente
je ne comprenais plus rien en maths
de secondaire cinq
j'ai échoué une fois un examen en circuit fermé
pour mon test de moto
mon texte n'était pas parfait la première fois
que je l'ai présenté à mon cours de création littéraire
mon poème n'a pas été choisi
lors du concours de poésie de radio-canada
et la liste continue
ça me fait chier
je vis mal les échecs parce que ce que j'entreprends
je le pense toujours à ma portée
je n'entreprends rien d'impossible
je n'essaie pas de devenir ingénieur en aéronautique
mais si cela m'intéressait
je pense que mon cerveau y serait disposé
j'essaie de faire des choses qui me sont familières
donc je pense que je peux les réussir
je ne défends pas la culture de la performance
et certainement pas celle de la médiocrité
je défends la culture de l'amélioration
je connais mes limites
mes capacités et mon potentiel
c'est honorable pour moi l'amélioration
car justement ce qui est difficile
j'ai tendance à l'abandonner
avant de mourir
c'est cette barrière que je dois abattre
je veux devenir meilleure au prix de l'effort
de nature j'ai été douée pour certaines choses
et je supporte mal l'effort
je suis intolérante à la douleur
tu ne peux pas me fouetter
pour que je pousse plus fort
je vais te tuer si tu me violentes
donc
c'est difficile
je ne suis pas disciplinée
je suis paresseuse
je ne réussis que ce qui m'est facile
je sais
on est tous différent
je suis bonne dans ci ou dans ça
c'est vrai
je le suis
et c'est pour ça que je le fais
quand j'ai le choix de passer une heure
à faire différentes choses
je choisis ce qui m'est le plus accessible
c'est reposant c'est simple
on est tous pareil
alors il faut m'emprisonner et me faire suer
jusqu'à la limite du supportable
jusqu'à ce que la limite soit plus souple
et ce
je dois me l'imposer moi-même
je dois apprendre le labeur
apprendre à travailler
et devenir meilleure.
cent fois sur le métier je remettrai mon ouvrage.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Modotcom 4103 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte