Magazine Info Locale

Prix Goncourt des lycéens

Publié le 19 novembre 2016 par Goure

Le prix Goncourt des lycéens 2016 attribué à Gaël Faye pour « Petit pays »
x640_maxpeopleworld970683-jpg-pagespeed-ic-54jbs5qbfk
Il est la révélation littéraire de la rentrée. Gaël Faye a reçu, jeudi 17 novembre, le prix Goncourt des lycéens 2016, pour son premier roman Petit pays (Grasset), dans lequel il raconte son enfance au Burundi, déchiré par l’horreur de la guerre civile et du génocide.

7785526181_gael-faye-auteur-de-petit-pays

Cesont d’abord des sensations, que le texte exalte discrètement, le goût du jus de mangue qui coule « sur le menton, les joues, les bras, les vêtements, les pieds », une lumière aveuglante sur le lac Tanganyika ou quelques notes d’une chanson. De ces émotions infimes surgit la mémoire d’un petit garçon, une enfance de métis (père français, mère rwandaise), tranquille et heureuse, au Burundi, au tournant des années 1990. Gabriel vit dans un quartier protégé à Bujumbura : une maison agréable, des domestiques, des copains en pagaille. Gaël Faye en exprime les images et les éclats, les odeurs et les sons avec une infinie délicatesse. « L’année de mes 8 ans, la guerre avait éclaté au Rwanda. C’était au tout début de mon CM2. » L’enfant la tient à distance, même s’il surprend parfois l’ombre qui plane sur les conversations des adultes. « Depuis le ventre calme de notre maison, tout cela paraissait irréel. » Le chaos pourtant finit par balayer l’insouciance, l’Histoire s’impose, la confusion politique au Burundi après l’assassinat du premier président élu démocratiquement, le génocide des Tutsi, au Rwanda voisin, en 1994. « La guerre, sans qu’on lui demande, se charge toujours de vous trouver un ennemi. » A la voix du petit garçon se mêle alors celle de l’homme qu’il est devenu, vingt ans plus tard. « Je pensais être exilé de mon pays. En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris que je l’étais de mon enfance. Ce qui me paraît bien plus cruel encore », écrit l’auteur. Jeune compositeur et interprète de rap, Gaël Faye s’impose ainsi d’emblée, magnifiquement, avec ce premier roman, largement autobiographique, qui vient de recevoir le prix Fnac et les honneurs de la première ­sélection du Goncourt. — Michel Abescat
Télérama


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Goure 7020 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine