Magazine High tech

L’ampleur du sexisme sur Twitch démontrée par une nouvelle étude

Publié le 23 novembre 2016 par _nicolas @BranchezVous

Jeux vidéo

L’ampleur du sexisme sur Twitch démontrée par une nouvelle étude

Des chercheurs ont observé une importante disparité de la nature des commentaires sur Twitch selon qu'ils ont été laissés sur une diffusion gérée par une femme ou un homme.

À l'heure où plusieurs femmes ont dénoncé la forte présence de propos sexistes et misogynes dans les commentaires de leurs diffusions sur Twitch, poussant notamment le service à s'engager sur le développement de nouveaux outils visant à freiner le phénomène, une étude sur le sujet a récemment été publiée par des chercheurs de l'Université de l'Indiana, comme le rapporte Motherboard. Celle-ci est actuellement l'objet d'une évaluation par les pairs.

Intitulée Gendered Conversation in a Social Game-Streaming Platform, celle-ci jette la lumière sur les disparités sociales telles que l'inégalité entre les sexes qui persistent au sein de la populaire plateforme de diffusion vidéo.

Selon l'étude, les disparités sociales telles que l'inégalité entre les sexes persistent au sein de Twitch.

L'équipe a recueilli 1,2 milliard de messages laissés sur des diffusions Twitch entre le 26 août et le 10 novembre 2014 (une période de 76 jours). On a ensuite filtré les contenus afin d'analyser des échantillons de tailles identiques - 200 chaînes gérées par des femmes, et 200 chaînes gérées par des hommes. Puisque les joueurs y sont plus présents et populaires que les joueuses, les chercheurs ont d'abord classé les femmes par le nombre de commentaires laissés sur leurs diffusions, pour ensuite les jumeler à des hommes selon un nombre de commentaires équivalent.

Soulignons que seules les chaînes anglophones affichant le visage de la personne responsable de la diffusion ont été retenues par les chercheurs. Après avoir complété cette distribution, l'échantillon global sur lequel s'est portée l'analyse a été réduit à 71,1 millions de commentaires.

Triste constat

Les chercheurs ont ainsi constaté que les femmes sont régulièrement objectifiées par les membres de leur auditoire, tandis que les hommes sont généralement salués avec des commentaires liés à leur compétence, plutôt que leur apparence.

Dans le cadre de cette recherche, les termes les plus populaires (identiques ou de même nature) ciblant les joueuses étaient "cute", "beautiful", "smile", "babe", "lovely", "marry", "boobs", "gorgeous", "omg", et "hot", tandis que ceux des joueurs étaient "epoch", "attempts", "consistent", "reset", "shields", "fastest", "devs", "slower", "melee", et "glitch".

À noter que les données brutes utilisées par l'équipe de recherche ont été fournies par Twitch. Bien qu'on pourrait remettre en question la portée d'une analyse effectuée sur un échantillon daté de 2014, il serait très surprenant d'apprendre que le phénomène ait diminué en 2016, selon Giovanni Luca Ciampaglia, l'un des membres de l'équipe de recherche et chercheur à la Network Science Institute affiliée à l'Université de l'Indiana. Notamment lorsque l'on considère la monté d'un mouvement antiféministe en réponse au GamerGate (qui s'est surtout manifesté après la période sur laquelle s'est penchée l'étude).

En octobre dernier, Twitch a mis en ligne une section visant à aider les victimes de harcèlement sur sa plateforme afin qu'elles se familiarisent avec les divers outils et ressources qui s'offrent à eux pour gérer cette situation.

Malgré l'ampleur du phénomène, Ciampaglia a toutefois salué la participation active des membres de la communauté de Twitch, dont plusieurs n'hésitent pas à offrir de devenir modérateurs de façon bénévole.

"Ces données laissent croire qu'un fort système de modération communautaire est en place", a-t-il confié à Motherboard. "Ce sont des nouvelles encourageantes à mon avis."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine