Magazine Poésie

Commencement du corps, fin de l'océan

Par Vertuchou

Lune, qu’elle était tendre la lune
quand il puisait l’eau dans son bassin,
et lui faisait ses adieux en partant.

Qu’il est tendre le lit, la couche, le drap
quand s’emmêlaient nos membres
dans une étreinte longue, que nous supplions l’ange de la veillée
de marcher sur son pont
de ralentir sa marche.

Qu’elles étaient tendres les étoiles - Elles chantaient
chaque fois que le soir nous réunissait
vêtus de nous-mêmes.

Adonis

Partager cet article

Repost 0
Commencement du corps, fin de l'océan
&version;

Vous aimerez aussi :

Le nuage
Le nuage
Le nuage
Le nuage
Pourtant je m’élève
Pourtant je m’élève
L'intelligence
L'intelligence

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine