Magazine Humanitaire

L’Impartialité : l’un des plus anciens principes humanitaires

Publié le 25 novembre 2016 par Frédéric Joli

impartialite

L’Impartialité est l’un des principes cardinaux de l’action humanitaire. Il rappelle au sauveteur qu’il doit porter secours sans distinction, quelle que soit l’assistance apportée – médicale, alimentaire, ou autre. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises victimes, juste des victimes protégées par le droit international humanitaire.

Pour le Mouvement (*), l’impartialité consiste à ne faire « aucune distinction de nationalité, de race, de religion, de condition sociale et d’appartenance politique. Il [le Mouvement] s’applique seulement à secourir les individus à la mesure de leur souffrance et à subvenir par priorité aux détresses les plus urgentes. »

L’Impartialité est probablement le plus ancien des principes humanitaires et puise sa racine universelle dans la geste médicale. Hippocrate le Grand (460 – 370 avant JC), médecin et philosophe grec, l’a énoncé il y a 2500 ans…
Quelque 1500 ans plus tard, le grand chirurgien du Monde musulman, Abulcasis de Cordoue, appliquait à son art l’Impartialité. En atteste son « Traité sur l’extraction des flèches ».
« (…) J’en retirais une autre à un juif, qui avait pénétré dans la cavité orbitaire par dessous la paupière inférieure : elle s’était enfoncée au point que je ne pus en saisir que la petite extrémité par laquelle elle s’unit au bois.(…) Le juif guérit et il ne lui survint à l’oeil aucun accident.
J’en arrachais une autre de la gorge d’un chrétien. C’était une flèche arabe, à oreillons. J’incisais par dessus, entre les veines jugulaires elle avait pénétré profondément dans la gorge : j’opérai avec précaution et je parvins à l’extraire. Le chrétien fut sauvé et guérit »

Plus proche de nous, l’Impartialité, à la fin du XIXème siècle, se résumait à cette citation attribuée à Louis Pasteur : « Je ne te demande pas ton nom, ta race ou ta religion mais quelle est ta souffrance ».
Il faudra attendre 1948 avec l’Association médicale mondiale (AMM), organisation dédiée à l’éthique médicale, pour que l’Impartialité intègre clairement la version modernisée du Serment , cet engagement que prononce chaque médecin avant d’exercer :

« (…) je ne permettrai pas que des considérations d’âge, de maladie ou d’infirmité, croyance, d’origine ethnique, de sexe, de nationalité, d’affiliation politique, de race, d’inclinaison sexuelle, de statut social ou tout autre critère s’interposent entre mon devoir et mon patient ; je garderai le respect absolu de la vie humaine dès sa conception ; je n’utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits de l’homme et les libertés civiques même sous la menace ; Je fais ces promesses solennellement, librement, sur l’honneur. »

En clin d’œil, ce serment d’Hippocrate modernisé s’appelle également « Déclaration de Genève ». C’est là qu’il y fut modernisé, juste une année avant les fameuses Conventions du même nom, où les Etats acceptèrent de renforcer le droit des victimes de la guerre…

(*) Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge comprend les sociétés nationales de secours, le CICR et la Fédération internationale des Croix-Rouge et des Croissant-Rouge.

L’impartialité humanitaire : une question de principe 

Trois époques, trois lieux – la Somalie, la République centrafricaine et la Tchétchénie. Des médecins témoignent de leur dévouement à tous les patients, quels qu’ils soient, mais aussi des défis à faire accepter, aux belligérants, leur action médicale impartiale.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frédéric Joli 39757 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte