Magazine Bourse

Pourquoi un profil d’investisseur n’est pas suffisant

Publié le 25 novembre 2016 par Fabien Major @fabienmajor

Vous savez ce questionnaire que les conseillers en finances personnelles vous présentent chaque fois que vous souhaitez ouvrir un REER et un CELI? D’ordinaire, il est plutôt ennuyeux, surtout lorsqu’on tombe sur un bureaucrate qui lit ses questions machinalement sur le ton d’une oraison funèbre.

-Êtes-vous âgé entre: 18 et 30 ans, entre 30 et 40 ans, entre 40 et 50 ans…

-Votre revenu familial annuel se situe dans quel intervalle : moins de 20 000$, 20 à 50 000$, 50 à 80 000$, 80 000 à 150 000$, etc

-Comment évaluez-vous vos connaissances financières? Faibles, moyennes, bonnes, excellentes, niveau expert!

À mon avis, sans une conversation intelligente et humaine ce genre d’exercice est à peu près inutile. Je m’explique. En se limitant à une douzaine de questions généralistes, on risque d’omettre le plus important. C’est-à-dire à quoi servira l’argent investi et qu’est-ce ce qui pourrait faire dévier l’investisseur de son intention d’investir. Une discussion franche avec un professionnel expérimenté sortira inévitablement du cadre flou d’un banal exercice de conformité bâclé.

Ce qui compte vraiment

Voici les 14 questions les plus importantes que vous devez répondre après avoir rempli votre questionnaire de profil d’investisseur et AVANT de placer votre argent!

  1. Qu’est-ce que je souhaite acheter ou financer avec mes économies?
  2. Combien de temps je dispose avant d’en retirer au moins la moitié?
  3. Ai-je un plan financier complet? Est-ce que ce conseiller ou son équipe peuvent me produire un document de qualité personnalisé?
  4. Dois-je décortiquer mes objectifs financiers en plusieurs portions? Court terme (d’ici 3 ans), moyen terme (de 3 à 7 ans) et long terme (7 ans et plus)
  5. Ai-je une bonne sécurité d’emploi?
  6. Ai-je un coussin de sécurité suffisant en cas de perte d’emploi ou d’imprévu?
  7. Est-ce que ma relation de couple ou familiale est suffisamment solide?
  8. Est-ce que ma santé ou celle d’un de mes proches est inquiétante?
  9. Est-ce que mon endettement ou celui d’un de mes proches est problématique?
  10. Est-ce qu’une dépendance quelconque me cause des ennuis?
  11. Qu’est-ce qui pourrait modifier mes plans et objectifs?
  12. Est-ce que je suis à l’aise avec le conseiller ou le planificateur? Ai-je suffisamment confiance en lui? A-t-il une formation académique au-delà du minimum requis?
  13. Travaille-t-il uniquement dans mon meilleur intérêt?
  14. Est-ce que je me vois travailler avec cette même personne pour une décennie ou plus?

Si dans vos premières discussions avec le représentant de l’institution financière, la majorité de ces questions ne sont pas abordées, alors vous êtes peut-être en présence d’un employé qui n’est pas à sa place et qui ne fait que le strict minimum. Ça part mal.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabien Major 12992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte