Magazine Société

Kidnapping des enfants en Algérie, un fléau inquiétant

Publié le 26 novembre 2016 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche par tags (mots-clés) Recherche d'évènements (agenda) Chaïma, Soundous, Haroune, Brahim, Yassine, Anis, Nihal et Nasredine, des enfants parmi d’autres qui ont été kidnappés sans jamais pouvoir rejoindre leurs familles. Chaque découverte macabre plonge les familles endeuillées en particulier et la population en général dans la psychose avec un sentiment d’insécurité permanent.

L’absence de statistiques exactes ne permet pas de mener une analyse de ce fléau qui touche la frange la plus vulnérable de la société. Selon la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), la pédophilie reste la principale cause des rapts d’enfants dans le pays. Entre janvier et août 2015, ce ne sont pas moins de 39 fillettes sur un total de 52 enfants qui ont été kidnappées et violées par leurs ravisseurs et dont certains cas ont été suivis d’assassinat.

Autre cause, le chantage et le règlement de compte qui mettent la vie de ces petits innocents en péril comme le cas de Chaïma dont le corps sans vie a été trouvé dans un cimetière aux alentours d’Alger, ou le petit Amine qui a pu être libéré par les services de sécurité après deux semaines de séquestration.

En milieu rural, subsistent encore des pratiques de sorcellerie qui entrainent des sacrifices d’enfants pour élaborer des remèdes selon les croyances en les vertus de la médecine traditionnelle.

En plus de l’arsenal juridique existant qui encadre la protection de l’enfant, un plan d’alerte national "rapt/disparition d’enfants" a été mis en place par le Premier ministre Abdel Malek Sellal, en août 2015. Ce dispositif est déclenché à chaque fois qu’un enlèvement ou une disparition d’enfant est signalé aux services de sécurité.

Ce dispositif, axé sur la sensibilisation, la prévention et le traitement judiciaire, demeure insuffisant selon les experts pour endiguer ce fléau. La formation d’un personnel de sécurité spécialisé, l’encouragement de l’action associative ainsi que la sensibilisation permanente des citoyens sont nécessaires et incontournables pour dissuader les criminels potentiels.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 107685 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine