Magazine Politique

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar Greyhound

Publié le 08 novembre 2016 par Jef06

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar GreyhoundAu pays de la voiture reine (comme le rappelle opportunément le quotidien britannique The Guardian), les hommes et femmes politiques ne se bousculent pas pour évoquer l’avenir des transports en commun. A l’exception des discussions sur le coût des infrastructures et les partenariats que  le président Trump voudrait établir pour les financer, le sujet mérite à peine quelques lignes dans les programmes des candidats aux élections locales.

Temps vs. prix. Toutefois, tous les Américains, ainsi que les voyageurs qui ont traversé les Etats-Unis, connaissent au moins deux entreprises de transport terrestre. Amtrak dispose d’un réseau ferré de 21000 miles (34000 kilomètres) sur lequel circulent chaque jour 300 trains, et chaque année 30 millions de passagers (par comparaison, la SNCF, c’est 32000 kilomètres, 14000 trains et plus d’un milliard de voyages). Les cars Greyhound desservent 3800 destinations et transportent 18 millions de passagers chaque année. D’autres compagnies, comme Megabus, proposent aussi des trajets réguliers.

Le train est réputé cher, le bus bon marché. Mais le train est rapide, et le bus lent. Voici Amtrak vs. Greyhound, à l’occasion d’un aller-retour entre la capitale fédérale, Washington, et la principale ville de Pennsylvanie, Philadelphie, distantes de 136 miles (environ 200 kilomètres).

Et en France? Le car Macron, pas cher, mais long et épuisant (novembre 2015).

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar Greyhound
1/ Trajet. Le train, qui relie Lynchburg (Virginie) à Boston (Massachusetts) en passant par Washington, Philadelphie et New York, comporte une douzaine de voitures argentées, pour 300 passagers environ, et dotées de larges emplacements pour les bagages. Il effectue de nombreux arrêts et marque sa progression de sonores coups de klaxon. L’autocar qui relie Philadelphie à Richmond (Virginie) via Washington et Baltimore, peut contenir 55 passagers.

2/ Prix. Amtrak : 107$ (97€) l’aller simple, seconde classe. En réservant à l’avance, on peut obtenir un tarif plus avantageux. On ne choisit pas sa place. Greyhound : 28,5$ (26€) l’aller simple, classe unique. Possibilité d’acheter un billet remboursable pour 6$ de plus.

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar Greyhound
3/ Gares. Washington et Philadelphie, comme New York, arborent de superbes gares du 19ème siècle, des bijoux d’architecture. Les bus Greyhound utilisent la gare routière d’Union station, dans le centre de Washington. A Philadelphie, la gare routière, un simple hall sans âme, est située dans le quartier de Chinatown.

Et aussi: Palmarès (subjectif) des 20 plus belles gares de France (juillet 2016)

4/ Embarquement. Amtrak conseille d’être présent au moins 20 minutes avant le départ. La longue file d’attente s’étire dans la gare. Sur le quai, une fois qu’une voiture est remplie, les portes se ferment et l’escalier d’accès se rétracte. Malgré la vérification des billets au départ, le contrôleur repasse dans le train après chaque arrêt, et s’adresse aux passagers qu’il n’a pas encore vus (coucou la SNCF). Greyhound demande d’être présent 15 minutes avant le départ. L’embarquement est rapide, une fois que les passagers ont déposé leurs bagages dans la soute.

5/ Durée et ponctualité. Amtrak : 2h pile entre les gares d’Union station (Washington) et 30th St. (Philadelphie). Le départ est ponctuel, et l’arrivée à l’heure. Greyhound : en principe 4h porte à porte. Le départ se fait avec 3 minutes de retard, mais le car s’embourbe immédiatement dans les bouchons. Au final, malgré des embouteillages récurrents et 30 minutes de pause à Baltimore, le car n’aura que 20 minutes de retard.

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar Greyhound
6/ Confort. Amtrak propose des sièges inclinables sans accoudoir au milieu, dotés d’un large espace (voire encore davantage pour certains d’entre eux, obésité oblige), d’une petite tablette et de prises de courant. Le wifi, réseau Amtrak connect, fonctionne très correctement. On peut acheter et consommer de la nourriture, du vin et de la bière dans le train. Les toilettes sont spacieuses et propres. Greyhound dispose sièges inclinables et prises électriques, mais en revanche ni rangement ni tablette. Pas de wifi non plus. Alors qu’il fait 10°C dehors, la température à bord alterne entre la climatisation poussée à fond (comme en plein été) et le chauffage à blanc (comme s’il gelait). Du petit cabinet de toilettes émanent les effluves vaguement sucrées d’un puissant détergent…

 7/ Ambiance. Amtrak : les passagers travaillent, dorment, mangent ou parlent fort au téléphone, en dépit de l’avertissement qui leur recommande de respecter la tranquillité de leurs voisons. Greyhound : une annonce (très) sonore précise qu’on ne peut ni fumer ni boire de l’alcool. Aucune recommandation à propos du bruit. Comme dans le train, les passagers n’hésitent pas à passer de longs coups de fil ou à regarder des vidéos sonores sur leur téléphone.

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar Greyhound
8/ Paysages. Par les petites fenêtres du train on aperçoit la nature prolifique, qui s’est parée des couleurs des indiens. Le franchissement, sur de longs viaducs, de grandes étendues fluviales ou maritimes, est toujours magique. On apprécie la diversité de l’habitat périurbain, des lotissements cossus aux mobilhomes en passant par des petits immeubles en brique de plusieurs étages. Sur les devantures de quelques maisons, des affichettes proclament le choix de leur propriétaire en faveur de Donald Trump ou d’Hillary Clinton. A travers les larges fenêtres du car, on mesure l’immensité des banlieues commerciales, résidentielles et logistiques qui bordent les autoroutes. Le paysage est ponctué de motels, de parkings et de panneaux géants vantant les vertus d’un 4×4, d’une assurance maladie ou d’un médicament diététique. Lorsque la nuit tombe, le long ruban rouge et blanc traverse les forêts du Maryland. De temps à autre, sur le côté, on aperçoit des voitures de police qui ont rattrapé un contrevenant. C’est l’Amérique.

Etats-Unis: train Amtrak vs. autocar Greyhound
Conclusion. Si le train est rapide et confortable, le Greyhound dépayse davantage, donne l’impression de traverser l’Amérique (ou en tous cas un petit morceau), alors qu’un voyage en Amtrak évoque surtout les lignes rapides qui sillonnent l’Europe.

Olivier Razemon,  sur Twitter, Facebook et Instagram.

D’autres récits de voyage ?

Les 1001 manières insolites de voyager (février 2013)

Le tramway qui traverse la forêt (août 2015)

Le bonheur est dans le train lent (mai 2015)

Un an sur son vélo, à la recherche de la « vraie France » (juillet 2016)

Voyage ferroviaire dans la France de 1914 (août 2014)

trump-5331
Addendum 11 novembre. Le magazine Reporterre m’a proposé de raconter mon 8 novembre américain. Voici le récit. OR

Signaler ce contenu comme inapproprié


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jef06 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines