Magazine Politique

Trottoirs, hoverboards, sas vélo: quelques mesures d’ici la fin du quinquennat

Publié le 03 novembre 2016 par Jef06

Trottoirs, hoverboards, sas vélo: quelques mesures d’ici la fin du quinquennatDonner une définition au trottoir. Aussi étrange que cela puisse paraître, cet espace dont nous sommes familiers ne possède pas encore de statut légal. Le gouvernement a l’intention d’y remédier prochainement, ainsi qu’il l’a annoncé dans une « communication » (à lire ici) mercredi 2 novembre, à l’issue du conseil des ministres.

Ce ne serait pas inutile. Aujourd’hui, dans de nombreuses villes et plus dans les villages ou les quartiers périphériques, les trottoirs sont inexistants, à peine visibles ou ridiculement étroits, quand ils ne sont pas encombrés de multiples objets, du mobilier urbain à la voiture stationnée en passant par les poubelles ou les deux-roues motorisés.

Gyropodes et hoverboards. Dès lors, la marche n’est que rarement considérée comme un mode de déplacement légitime, même lorsqu’il s’agit simplement de se rendre à l’arrêt de bus. Le gouvernement s’intéresse aussi aux « nouveaux engins personnels », ces gyropodes, hoverboards et autres trottinettes, électriques ou non, qui circulent indifféremment sur la chaussée ou sur le trottoir. Mais sans dire ce qu’il envisage sur ce point.

Trottoirs, hoverboards, sas vélo: quelques mesures d’ici la fin du quinquennat
Santé et inégalités. Présentée par Ségolène Royal, la communication gouvernementale porte sur « le développement des mobilités actives », c’est-à-dire, tout bonnement, la marche et le vélo. Ces manières de se déplacer doivent être encouragées, assure la ministre de l’environnement. Au nom, bien sûr, de l’« impératif écologique » et de « la diminution du recours aux énergies fossiles », des grands classiques. Mais la ministre vante aussi « le développement de l’exercice physique », « la réduction des inégalités de mobilité » ou encore l’essor du (lucratif) tourisme pédestre et cycliste. Des arguments connus, mais que le gouvernement n’avait jusqu’ici pas l’habitude de reprendre à son compte.

Pour compléter: Un cyclotouriste dépense davantage qu’un touriste en voiture (août 2014)

Outre le statut du trottoir, quelques « mesures emblématiques » devraient voir le jour d’ici la fin du quinquennat. Il s’agirait de la deuxième initiative du gouvernement en la matière, après le « plan d’action pour les mobilités actives » de mars 2014 (dossier ici).

Ainsi, des « sas vélo » (définition ici) devront être mis en place systématiquement devant les feux de signalisation en cas de réaménagement d’un carrefour. Ces espaces, tracés sur la chaussée, permettent aux cyclistes de se mettre à l’abri du trafic motorisé, et de demeurer visibles, avant le passage au vert. En pratique, toutefois, les sas ne sont pas connus des usagers, et peu respectés par les engins motorisés.

Parer le vol. Les vélos neufs devront être systématiquement gravés avant d’être mis sur le marché. Cette opération consiste à marquer le cadre de l’objet (un peu comme on le fait avec le bétail, mais en demeurant indolore pour la monture) afin qu’il puisse être facilement retrouvé en cas de vol. Les cyclistes pourront disposer d’un éclairage clignotant, et pas seulement de lumières fixes, comme c’est le cas aujourd’hui.

Must read: Une minute pour voler un vélo, et personne ne bouge (décembre 2012)

Trottoirs, hoverboards, sas vélo: quelques mesures d’ici la fin du quinquennat
Indemnité kilométrique. L’indemnité kilométrique des salariés cyclistes, versée par les employeurs privés qui le souhaitent (détails ici), pourra être étendue aux collectivités locales. Et le gouvernement veut étudier « l’introduction d’un item vélo dans le barème fiscal ». Ainsi, « les déplacements professionnels à vélo pourront être pris en compte pour indemnité au même titre que ceux effectués en train, en auto ou en avion », détaille Isabelle Lesens sur son blog consacré au vélo. Le gouvernement veut enfin encourager l’apprentissage, et reconnaît pour cela le certificat de qualification professionnelle appelé « éducateur mobilité à vélo ».

Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), qui réunit 230 associations locales, qualifie d’« intéressantes » les mesures concernant le gravage (ou gravure, au choix), le barème fiscal ou le lien établi entre mobilité et santé. « La notion de continuité des itinéraires piétons, cyclables et intermodaux, développée par le gouvernement, doit contribuer à résorber les coupures urbaines », souligne-t-il, en évoquant ces rocades, voies rapides ou carrefours difficilement franchissables (des exemples ici et là) qui ralentissent le cheminement cycliste et piéton en agglomération. Toutefois la FUB, comme ses antennes locales, se demandent de quels leviers réels dispose le gouvernement. De nombreuses mesures dépendent en effet de la bonne volonté des municipalités et agglomérations, dont l’engagement est très inégal.

Trottoirs, hoverboards, sas vélo: quelques mesures d’ici la fin du quinquennat
« Madame vélo ». Les mesures annoncées devront en tous cas être validées au début de l’année 2017, sous la houlette de la coordonnatrice interministérielle en charge des « mobilités actives », Sylvie Banoun, qui occupe ce poste depuis le mois de juin. Avant même sa nomination officielle, cette haute-fonctionnaire, énarque et normalienne, que l’on surnomme volontiers « Madame vélo », avait mené une série de consultations auprès des associations, ministères ou autres qui, de près ou de loin, s’intéressent au sujet.

Reste une question : pourquoi le gouvernement attend-il la fin du quinquennat pour découvrir les nombreux atouts de la marche et du vélo, alors que quelques mesures simples (et plus complètes) auraient pu être prises bien plus tôt ? On se souviendra qu’un « plan vélo » avait été présenté par Thierry Mariani, ministre de Nicolas Sarkozy, en janvier 2012, quelques mois avant l’élection présidentielle, et qu’il avait notamment avalisé le « cédez-le-passage-cycliste-au-feu », aussi appelé « tourne-à-droite », qui permet aux cyclistes de passer un feu rouge (voici pourquoi).

Quant à la définition du trottoir, elle pourrait être ainsi rédigée : « une partie de la route affectée aux piétons, distincte de la chaussée et du stationnement. Sa limite est repérable et détectable ».

Olivier Razemon,  sur Twitter, Facebook et Instagram.

Signaler ce contenu comme inapproprié


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jef06 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines