Magazine Médias

Démission, pédophilie, célibat, Abbas-Pérès: le pape répond dans l’avion

Publié le 27 mai 2014 par Francoisjost
Le pape François, le 26 mai dans l'avion de son retour du Proche-Orient (AP/Andrew Medichini, Pool)

Le pape François, le 26 mai dans l’avion de son retour du Proche-Orient (AP/Andrew Medichini, Pool)

Le rendez-vous prévu au Vatican entre le pape et les présidents israélien et palestinien, le 6 juin, ne sera pas une rencontre « pour faire une médiation ou chercher des solutions » au conflit israélo-palestinien, a précisé le pape François lors d’une conférence de presse tenue lundi 26 mai au soir, dans l’avion qui le ramenait à Rome après trois jours de voyage en Jordanie, dans les Territoires palestiniens et en Israël.

>> Lire : Une visite au Proche-Orient très politique pour le pape

Au lendemain de son invitation surprise, acceptée par les deux dirigeants, le pape a confirmé qu’il s’agirait d’une « rencontre de prière, sans discussion et qu’après, chacun rentrerait chez soi ». « Il y aura un rabbin, un musulman et moi », a-t-il aussi déclaré sans préciser le rôle exact des deux responsables politiques dans ce contexte, mais soucieux de se démarquer d’un « round » classique de négociations, aujourd’hui à nouveau dans l’impasse. Sans rentrer non plus dans les détails des tractations qui ont précédé cette annonce, il a aussi déclaré qu’en dépit des « problèmes logistiques » liés à une telle initiative, il s’était dit avant le voyage qu’il « fallait faire quelque chose » pour trouver une solution pacifique à ce conflit « toujours plus inacceptable ».

« DÉMISSION », PÉDOPHILIE ET « MESSE NOIRE »

Au cours d’une séance de questions-réponses sans préparation préalable, qui a duré quarante-cinq minutes, le pape, détendu et visiblement enclin à la conversation, a abordé divers sujets. Il a notamment évoqué de manière allusive une possible démission si les forces venaient à lui manquer. « Le cas de Benoît XVI n’est pas unique. Il a ouvert la porte pour des papes émérites. Un pape qui sentirait ses forces décliner devrait se poser la même question que lui. »

Interrogé sur la manière dont il entendait lutter contre la pédophilie dans le clergé, et alors que des critiques persistent sur les sanctions à l’encontre des religieux coupables d’abus sexuels, il a assuré que les cas de « trois évêques » étaient en cours d’étude et qu’ils n’étaient pas «privilégiés ». Une réflexion est ouverte sur la peine qu’ils encourent, l’un d’entre eux « ayant déjà été reconnu coupable« , a ajouté le pape, sans préciser la nationalité des prélats. Rappelant le principe de « tolérance zéro » édicté par Benoît XVI, il a estimé qu’ « abuser un enfant revenait à trahir le corps du Christ, à faire une messe noire », action passible d’excommunication, selon le droit canon. François a annoncé qu’il célébrerait une messe, début juin, dans sa résidence du Vatican en présence de six à huit victimes d’abus sexuels, venus de divers pays et qu’une rencontre serait ensuite organisée avec ces personnes. Une première pour ce pape.

Egalement questionné sur ses engagements à la transparence en matière économique, et alors que l’ancien numéro du Vatican, Tarcisio Bertone, est soupçonné de mouvements de fonds douteux, le pape a affirmé qu’il y aurait « toujours des scandales ». « Le problème est d’éviter qu’il y en ait plus ». Concernant le cardinal Bertone, il a reconnu que l’affaire d’un possible détournement de 15 millions de la banque du Vatican au profit de l’entreprise de l’un de ses amis, « n’était pas claire » et faisait toujours l’objet d’une enquête.

>> Voir l’infographie : 25 ans de scandales pédophiles dans l’Eglise catholique

S’exprimant pour la première fois aussi clairement en tant que pape sur la question du célibat des prêtres, le pape a rappelé qu’il ne s’agissait pas d’un « dogme » et que « la porte est toujours ouverte ». Mais, a-t-il précisé, « c’est une règle de vie que j’apprécie ; je pense que c’est un don de Dieu ».

Soulignant un intérêt particulier pour le catholicisme en Asie, il a confirmé ses prochains voyages en Corée du Sud, au Sri Lanka et aux Philippines, et dénoncé les atteintes à la liberté religieuse sur ce continent comme ailleurs dans le monde. « Le Saint-Siège et les évêques œuvrent avec discrétion pour aider» ces fidèles, « martyrs religieux d’aujourd’hui ».

>> Participer à la discussion : Selon vous, François est-il un pape moderne ?

Stéphanie Le Bars


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francoisjost 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines