Magazine Santé

DÉCLIN COGNITIF : La maladie cardiaque ou métabolique y contribue aussi – European Heart Journal

Publié le 16 décembre 2016 par Santelog @santelog

DÉCLIN COGNITIF : La maladie cardiaque ou métabolique y contribue aussi – European Heart JournalCes maladies chroniques, cardiovasculaires ou métaboliques n’ont pas que des effets physiques. Elles peuvent se combiner pour réduire la capacité cognitive, révèle cette étude de l’Université de Glasgow. Ainsi, l’hypertension artérielle, le diabète ou les maladies coronariennes réduisent la capacité de raisonnement, la mémoire et le temps de réaction, et combiner plusieurs de ces conditions a des effets encore plus significatifs. Des conclusions à paraître dans l’European Heart Journal qui appellent à la prévention des maladies cardiométaboliques, par la pratique de l’exercice par exemple, pour conjurer aussi le déclin cognitif et le risque de démence.

Des résultats primordiaux face à la hausse de prévalence de la maladie coronarienne, de l’obésité et du diabète,  » le tout  » dans un contexte de vieillissement des populations et d’émergence des démences à l’âge avancé. De précédentes études ont déjà fait le lien entre les maladies cardiométaboliques et la déficience cognitive ou encore sur les effets positifs de la prévention de ces maladies chroniques sur la performance cognitive. Cependant, on n’avait jamais évalué l’effet combiné de ces différentes pathologies sur les compétences cognitives.

Les chercheurs ont travaillé sur les données de près d’un demi-million de participants britanniques, recueillies de 2006 à 2010. Les participants et leurs données ont été parties selon des groupes, fonctions des antécédents médicaux et du nombre de maladies cardiométaboliques, et des scores aux tests cognitifs. Enfin, les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles dont la consommation de médicaments, le sexe, l’âge, la privation, les niveaux d’éducation, la dépression, le tabagisme, l’excès d’alcool et l’obésité. L’analyse est claire :

·   une maladie est associée à une performance plus faible sur tous les tests cognitifs,

·   2 maladies,  » c’est pire  » et 3  » pire encore « , en particulier pour les temps de réaction et de raisonnement, précisent les auteurs dans leur communiqué.

·   La réduction des scores aux tests cognitifs, si relativement faible, augmente avec le vieillissement.

Prévenir le déclin cognitif, c’est aussi prévenir la maladie cardiaque, concluent les chercheurs :  » Compte tenu des niveaux croissants de multi-morbidité, c’est-à-dire de la vie avec plus d’une maladie chronique, ces nouvelles données ont des implications importantes pour la Santé publique (et la prévention de la démence).

Sources: Communiqué Elizabeth McMeekin, University of Glasgow et European Heart Journal November 16 doi:10.1093/eurheartj/ehw528 Associations between single and multiple cardiometabolic diseases and cognitive abilities in 474,129 UK Biobank participants (In Press)

DÉCLIN COGNITIF : La maladie cardiaque ou métabolique y contribue aussi – European Heart Journal
Accéderaux dernières actualités sur la Mémoire, déclin cognitif, aux dernières actualités sur la Maladie d’Alzheimer

Accéder au Dossier sur la Maladie d’Alzheimer,pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine