Magazine France

Vive Noël !

Publié le 16 décembre 2016 par Gauchiste

Comme chaque année, cette année, je toucherai la prime de Noël du RSA, autour de 150€, et qui couvrira une partie de mes factures, comme toutes les primes de Noël de tous les pauvres. En bon trublion, je dois mettre mon grain de sel, histoire de vous donner mauvaise conscience. Car j'aime gâcher la suprême fête de la consommation.

Parce que si vous me lisez, vous n'imaginez certainement pas une seconde que Noël soit réellement une fête religieuse ? Déconnez pas, c'est important. On nous fait le coup tout le temps. Crèche à la Mairie et tout... Noël existait bien avant qu'on y mette Jésus, il a été récupéré par l'Église qui ne voulaient pas passer pour arriérée à ne pas faire la fête en même temps que les païens, et maintenant, c'est totalement récupéré par l'industrie. C'est pour elle un passage obligé où il est possible de vendre beaucoup, une date clé dans les bilans. De la croissance qu'on vous dit !

Surtout maintenant que le Père Noël fait son coming out des religions : les chrétiens ne sont plus les seuls à fêter Noël, il serait dommage de passer à côté des festivités. Le marketing est puissant. Un signe d'intégration placé sous le signe de la croissance.

C'est l'occasion pour les plus pauvres de s'appauvrir encore en dépensant par habitude culturelle ou par pression sociale, et pour les plus riches de s'enrichir, parce que l'activité commerciale tourne à plein

Pour le cycliste que je suis, Noël est aussi une longue période pendant laquelle circuler en ville est dangereux. Entre les voitures stationnées malproprement « le temps de faire une petite course », et celui qui me taille un short parce qu'il est pressé avant que ça ferme... Noël n'est pas ma période préférée.

Et je ne parle même pas des animaux torturés à cette occasion : canards hépatiques, coqs castrés obèses, fruits de mer torturés au vinaigre et gobés vivants...

Bien sûr, c'est une période dédiée aux enfant. C'est l'âge précis où on leur apprend à aimer consommer, à avoir un dû à Noël, à être des enfants rois. Tout ça, on le fait avec la bénédiction du mensonge de leurs propres parents qui leur font croire à une fable plus grosse qu'eux, même pas gênés à l'idée qu'ils apprendront la trahison par leurs camarades de classe. De quoi se plaindraient-il ? Ils ont eu des cadeaux pour gober un mensonge (ou le contraire) ! Rien d'immoral à être payé pour croire un truc... à croire un truc pour être payé non plus, d'ailleurs.

Commencez-vous seulement à entrevoir pourquoi les cadeaux de Noël sont moins bons que tous les autres cadeaux ? Parce qu'on me les impose, qu'ils n'ont aucun sens, qu'on me les fait bouffer par le mauvais côté : celui qui me rappelle bien pourquoi on me demande de travailler.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gauchiste 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines