Magazine Voyages

Conflits et résolutions : une sélection de chefs-d’oeuvre du début du XXème siècle

Publié le 23 juin 2008 par Eparsa



Du 12 septembre au 20 décembre 2008, la GALERIE HISTORISMUS, 9, Place des Vosges à Paris, présente : Conflits et résolutions : une sélection de chefs-d’oeuvre du début du XXème siècle. Cette exposition réunit une vingtaine d’oeuvres d’art décoratif, de peinture et de sculpture.

Cet automne, la peinture et la sculpture s’exposent dans la GALERIE HISTORISMUS. Un parti pris que Roberto Polo, le directeur artistique de la galerie, justifie ainsi : On ne doit pas oublier qu’il y avait un conflit au sein du Bauhaus : plusieurs des enseignants voulaient que peinture et sculpture soient retirées du programme d’enseignement. Ces dissidents estimaient la peinture et la sculpture comme des arts strictement décoratifs qui ne correspondaient pas aux concepts fonctionnalistes du Bauhaus. Le Bauhaus a bouleversé notre regard sur l’art : soudainement, peinture et sculpture sont vues comme les vrais arts décoratifs, précisément parce qu’elles ne sont pas fonctionnelles.

Dans le domaine de l’art décoratif, la GALERIE HISTORISMUS expose un plafonnier unique dessiné par Henry van de Velde en 1906, pour Ernst Lübeck. Il fut réalisé par Otto Bergner la même année, en laiton poli, garni d’une importante verrine en verre opalescent. Rappelons que van de Velde est le premier artiste abstrait dans l’histoire de l’art en Europe.

Autre objet phare : un vase unique en laiton martelé et poli, serti de cabochons d’oeil de tigre, dessiné par Koloman Moser en 1903, portant le cachet de la Galerie Miethke, Vienne. Ce vase est le plus grand parmi cinq variantes existantes. Les autres, moins grandes de moitié, sont conservées dans des collections muséales. La Wiener Werkstätte présenta sa première exposition à la Galerie Miethke qui représentait exclusivement Gustav Klimt. Egon Schiele y présenta sa première exposition.

Une peinture en relief de Lyubov Popova et un relief suprématiste de Nikolai Suetin seront également présentés. Les peintures en relief de Popova sont révolutionnaires. En huile sur carton préparé au plâtre, celles-ci ont défié le traditionnel espace bidimensionnel. Selon Dimitri V. Sarabianov, l’autorité universellement reconnue sur l’oeuvre de cette artiste avant-gardiste russe, celle-ci n’a réalisé que six peintures en relief, toutes datées de 1915. Une deuxième est conservée dans les collections du Musée Ludwig à Cologne, une autre dans celles de la Galerie Tretyakoff à Moscou, deux sont reproduites dans des photographies d’époque, mais on ignore, ainsi que la dernière où elles se trouvent aujourd’hui. Le relief suprématiste de Nikolai Suetin, peintre, artiste graphique, peintre sur porcelaine et illustrateur, suiveur de Kazimir Malevitch est composé d’objets trouvés en bois et textile.

Côté sculpture, parmi les chefs-d’oeuvre présentés citons Grotesque III : la seule sculpture originale, hors des musées allemands, par Oskar Schlemmer, maître de Forme et de la Scène au Bauhaus. Quant à Charpentier, il s’agit d’une sculpture créée avec des objets trouvés en bois et métal, en 1915, par l’artiste suprématiste russe Ivan Kliun. Pour la petite histoire : la seule sculpture suprématiste russe, apparue sur le marché international des ventes aux enchères, a été vendue chez Christie’s à New York en 1990. Artiste, chorégraphe, décorateur de théâtre et danseur, Schlemmer fut le premier artiste interdisciplinaire dans l’histoire de l’art en Europe. Ses principaux centres d’intérêt ?

Les rapports entre les arts, ainsi que les rapports entre le corps humain et l’abstraction. Ainsi, Grotesque III, en afzelia (bois exotique) et ivoire, figuraitelle dans la collection de la baronne Hélène de Mandrot, un des piliers de l’avant-garde européenne. En 1928, dans son château de La Sarraz près de Lausanne, celle-ci fonda la Maison des Artistes, où chaque été jusqu’à sa mort en 1948, elle reçut de nombreux artistes et intellectuels tels que Schlemmer, Le Corbusier, Walter Gropius et Max Ernst. Toujours en 1928, elle fonda, dans son château de La Sarraz, le premier Congrès international d’architecture moderne (CIAM) et le premier Congrès international du cinéma indépendant (CICI).

LA GALERIE HISTORISMUS ET ROBERTO POLO
Historien d’art renommé pour ses vastes connaissances sur l’art européen et précurseur avisé du marché de l’art, Roberto Polo est le guide spirituel de la GALERIE HISTORISMUS, depuis son ouverture en 2006. Celle-ci se situe dans le cadre historique de l’Hôtel de Chaulnes, Place des Vosges : il s’agit du bâtiment le plus important de la place la plus ancienne de Paris. Elle est la première galerie au monde à se spécialiser dans le design historique européen de qualité muséale.

A SAVOIR :
La GALERIE HISTORISMUS publie son 4ème catalogue à l’occasion de cette exposition. Du 12 septembre au 20 décembre, la galerie restera ouverte du mardi au samedi de 11h à 18h. GALERIE HISTORISMUS : 9 Place des Vosges - 75004 Paris Tél : +33 (0)1 42 71 21 60 / www.historismus.com

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eparsa 1770 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine