Magazine Finances

Bankin' veut devenir coach financier

Publié le 10 janvier 2017 par Patriceb @cestpasmonidee
Bankin' Grâce à la levée de fonds conséquente qu'elle vient de conclure [PDF], Bankin', une des stars européennes du PFM, espère rapidement concrétiser son ambition de transformer sa solution de gestion de budget en un véritable coach financier pour ses utilisateurs, tout en conservant son indépendance vis-à-vis des banques.
Première étape dans cette stratégie, la jeune pousse française devrait bientôt autoriser l'exécution de virements – entre comptes personnels ou externes – depuis son application (comme l'a aussi récemment annoncé Budget Insight, qui, cependant, vise plutôt un marché B2B). Cette fonction, actuellement en phase de test, constitue un préalable pour dépasser le statut de simple plate-forme d'observation que représentent aujourd'hui, dans leur majorité, les solutions de gestion de finances personnelles.
Une fois ce cap franchi, de nouvelles opportunités vont s'ouvrir. En particulier, les conseils délivrés pourront prendre une autre dimension, plus pro-active et plus efficace. Un exemple, qui est certainement très attendu par les utilisateurs de Bankin', concerne les risques de découverts : au lieu de se contenter d'émettre une alerte lorsqu'elle « prédit » un passage dans le rouge de leur compte courant, l'application deviendra capable de déclencher spontanément un virement préventif depuis un livret d'épargne.
A l'inverse, des options d'investissement automatique pourront également être envisagées, permettant de faire fructifier les sommes qui ont toute probabilité de rester disponibles à la fin du mois. Plus généralement, des algorithmes d'analyse de données appliqués aux historiques de transactions seront progressivement mis à contribution en vue de prodiguer des recommandations personnalisées dans tous les domaines de la finance personnelle, tels que la suggestion de renégocier un crédit immobilier.
Annonce Bankin'
L'approche de Bankin' n'est pas vraiment une surprise : elle s'inscrit dans une tendance de fond, de l'intégration des services bancaires dans les moments de la vie quotidienne, d'une manière aussi transparente que possible, jusqu'à devenir invisible. En revanche, ce qui peut étonner est la vitesse d'exécution de la startup, qui n'attend pas l'ouverture des accès aux services bancaires – à la faveur de la nouvelle directive européenne des services de paiement (DSP2) – pour renforcer sa position d'intermédiaire alternatif.
Les acteurs historiques peuvent se faire du souci pour leurs relations avec leurs clients. Avec son interface limitée à la consultation, Bankin' a conquis 1,5 million de consommateurs, dont près de deux sur trois ont un seul compte bancaire et expriment donc ainsi leur préférence pour une application plus conviviale. En introduisant des conseils personnalisés, la jeune pousse leur donnera encore plus de raisons de gérer leurs opérations « hors » de leur banque et, potentiellement, leur faire des infidélités.
La solution ? Pas de miracles à espérer, elle exige de prendre conscience de l'urgence de revenir à un rôle de conseil – au bénéfice du client, s'il faut réellement mettre les points sur les « i » – et de l'intégrer dans l'environnement « digital » contemporain. Ironiquement, les obligations réglementaires d'ouverture des institutions financières qui stimulent la menace devraient être considérées comme une opportunité d'entamer la transition vers cette vision et non comme une contrainte prise en compte à contre-cœur.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patriceb 7310 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine