Magazine Santé

SYNDROME d’ALCOOLISATION FŒOETALE : Chaque année, 120.000 enfants naissent avec – The Lancet Global Health

Publié le 14 janvier 2017 par Santelog @santelog


SYNDROME d’ALCOOLISATION FŒOETALE : Chaque année, 120.000 enfants naissent avec  – The Lancet Global HealthLe chiffre est éloquent : à l’échelle mondiale, 1 femme sur 10 consomme de l’alcool durant sa grossesse, mais dans certains pays, c’est presque une femme sur 2.

Le SAF ou syndrome d’alcoolisation fœtale, on en parle rarement, pourtant ses conséquences sont dévastatrices. De cet examen exhaustif de la littérature, présenté dans le Lancet Global Health, on retiendra aussi ce chiffre : chaque année, dans le monde, naissent 119.000 enfants touchés par le SAF.

Le SAF entraîne des risques importants pour l’enfant à naître, car l’alcool agit sur l’embryon et le fœtus, sur son système nerveux et son cerveau. En passant du sang maternel vers le sang du fœtus, au travers du placenta, l’alcool entraîne un risque d’atteinte des fonctions cérébrales et/ou de malformations irréversibles très élevé. Ainsi, le SAF se caractérise par des troubles mentaux, comportementaux et d’apprentissage, ainsi que des handicaps physiques.

Cette étude du Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) de Toronto apporte ainsi, pour la première fois, une idée de l’ampleur du désastre mondial avec des estimations de la proportion de femmes qui boivent pendant la grossesse et de l’incidence du SAF pays par pays et région par région.

Les 5 pays avec la consommation d’alcool la plus élevée pendant la grossesse sont en Europe : il s’agit de la Russie, du Royaume-Uni, du Danemark, de la Biélorussie et de l’Irlande. Ainsi, la région européenne, au sens de l’OMS, présente une prévalence du SAF 2,6 fois plus élevée que la moyenne mondiale. Les niveaux les plus bas de consommation d’alcool durant la grossesse et d’incidence du SAF sont observés dans les régions de la Méditerranée orientale et en Asie du Sud-Est, en effet les taux élevés d’abstinence sont culturellement élevés dans ces régions.

Ainsi, près de 10% des femmes consomment de l’alcool pendant la grossesse, mais avec de grandes variations selon les pays et les régions de l’OMS. Au Canada où des directives cliniques recommandent l’abstinence pendant la grossesse, on estime que 10% des femmes enceintes continuent à boire, ce qui est proche de la moyenne mondiale estimée.

    • Dans certains pays, ce taux dépasse les 45% des femmes enceintes.
    • 15/10.000 naissances dans le monde sont touchées par la forme la plus sévère du SAF, le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF).
    • 1 mère sur 67 qui boit durant sa grossesse met au monde un enfant atteint de SAF.

A partir de  » combien  » d’alcool ? Bien qu’il soit bien établi que l’alcool puisse endommager n’importe quel organe ou système du fœtus en développement, en particulier le cerveau, on ne connait toujours pas le seuil qui va rendre le fœtus le plus vulnérable, que ce soit en termes de quantité ou de fréquence de consommation. D’autres facteurs, comme la génétique, le stress, le tabagisme et la nutrition ont été documentés comme contribuant également au risque. S’abstenir totalement de consommer de l’alcool durant toute la grossesse reste la règle d’or.

Des données enfin, qui vont aider les pays à planifier leurs politiques d’éducation, de prévention et de surveillance du SAF.

Source: The Lancet Global Health Jan, 2017 DOI: 10.1016/S2214-109X(17)30021-9 Estimation of national, regional, and global prevalence of alcohol use during pregnancy and fetal alcohol syndrome: a systematic review and meta-analysis

SYNDROME d’ALCOOLISATION FŒOETALE : Chaque année, 120.000 enfants naissent avec  – The Lancet Global Health
Lire aussi: SAF : 1 femme sur 4 consomme encore de l’alcool pendant sa grossesse




Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine