Magazine Médias

Le James Bond: Dr No (Ciné)

Publié le 15 janvier 2017 par Bigreblog

Hello les enfants!

Maman vous arrive aujourd’hui avec un tout nouveau rendez-vous qui nous tiendra deux ans si tout se passe comme prévu en Angleterre.

Oui, j’ai décidé de me faire un marathon mensuel de films de James Bond, et de vous parler de chacun d’entre eux dans une review individuelle. Et pour bien faire, nous commençons ce mois-ci par le premier opus, le bien nommé Dr No.

Il va sans dire qu’il y a des spoilers… 

😉

Un agent de liaison des services secrets britanniques est assassiné en Jamaïque. M, le chef du MI-6 à Londres, confie la mission à son meilleur agent, James Bond, qui est chargé d’investiguer la mort de Strangways ainsi que le piratage de fusées lancées de Cap Canaveral…

Le James Bond: Dr No (Ciné)

Je dois avouer que des vingt-trois (et peut-être bientôt vingt-quatre) James Bond, je n’avais pas vu les deux premiers. Un blasphème sans doute, mais il faut dire que certains opus sont carrément kitsch. Heureusement, pas celui-ci.

Sean Connery nous est introduit dans toute sa Classe et sa Distinction, comme étant le parfait Agent 007. Le flegme britannique ? Check. L’accent qui fait fondre les culottes des dames ? Re-check. Les scènes d’action qui semblent aussi simples que de traverser la rue ? Check itou. Ça commence donc bien.

Le James Bond: Dr No (Ciné)

Maintenant, on est dans les années 60. Inutile de chercher des scènes féministes, des femmes fortes et indépendantes, ou l’absence de fumeurs compulsifs. Non, il y aura de la nénette en bikini, de la demoiselle en détresse, et de la fumée âcre tout au long du film…

C’est là que le bât blesse et qu’il blessera encore, parce que j’ai eu beaucoup de mal avec les Disney classiques pour les mêmes raisons. Les femmes ne sont que des objets faites pour attendre leur prince/agent charmant, et ça a le don de m’énerver sérieusement. Bien sûr, je devrais me dire qu’en ce temps-là, c’était normal et monnaie courante. Mais non. J’en ai marre. Et rien que de savoir que les dix prochains Bond seront pareils, ça me donne de l’urticaire.

Le James Bond: Dr No (Ciné)

Bref, on commence en force une saga qui ne se tarira peut-être jamais, avec un nom de code qui prend tout son sens, et des codes qui ne s’effaceront pas de sitôt.

Ah oui, et aussi une tradition du méchant anglais qui elle non plus ne disparaitra pas tout de suite. 

😉

Note : 6,5/10 (scénario : 5/10jeu : 6/10BO : 7/10 (générique mythique quand même)esprit Bond : 8/10)

Le James Bond: Dr No (Ciné)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bigreblog 1726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte