Magazine Finances

Appart’ city : quelques reactions

Publié le 17 janvier 2017 par Martine Denoune @mdenoune
APPART’ CITY : QUELQUES REACTIONS

Plus de cinquante réactions plus ou moins sympathiques suite à mon dernier billet. Impossible de les republier en totalité ici. Vous les retrouverez ici.

En attendant, l'un des avocats prétendant servir la cause des investisseurs aurait écrit tout récemment à ses clients copropriétaires :
" Appart City s'est engagé à régulariser l'intégralité de l'arriéré des clients nous ayant donné mandat et qui auront renvoyé leur bail, dans les 15 jours qui suivront l'atteinte du seuil de 75% de signature des baux, mais de leur seule résidence . Ils n'auront pas à attendre l'adhésion à l'accord des autres résidences, ni la recapitalisation effective. Il est en effet plus que légitime que vous ne soyez pas traités comme tous les bailleurs restés jusqu'à présent les spectateurs attentistes des efforts que nous faisons depuis des mois pour mener cette négociation ".

UN ACCORD A DEUX VITESSES ?

D'où la réaction de cet internaute " Plusieurs remarques sur cette prose :
- Cependant, cette illusion de bonheur risque vite de tourner au cauchemar ....en effet, en absence de recapitalisation, on ira droit au dépô
t de bilan d' Appart City ... cela signifie que ces paiements " privilégiés " pourraient être annulés par le juge ou le mandataire en considérant qu'ils ont été faits pendant la période suspecte, donc obligation de restituer les sommes perçues à la procédure collective ....

- Par ailleurs il n'est jamais plaisant de se faire traiter de " spectateurs attentistes " par ceux qui sont censés représenter l'intérêt général des copropriétaires contre Appart City.
-En outre, cela créé de facto, une inégalité entre les créanciers et discrimine ceux qui, par malheur, n'auraient pas choisi les 4 avocats ... les autres bénéficieront du paiement de leur arriéré de loyer. Et ce, même si l'une des conditions suspensives du bail n'est pas réalisé !
GROS PLAN SUR LE NOUVEAU BAIL

Mon dernier billet a suscité de virulentes réactions d'investisseurs sur l'existence ou non d'une clause recettes. L'un deux précise : " clause recettes ou pas clause recettes", ce n'est pas le débat.

Le nouveau bail proposé par Appart City validé par 4 avocats repose sur les 2 conditions mentionnées à l'article 10.6.2. Concernant le "retour au loyer contractuel", elles sont quasiment impossibles à atteindre.
Pour rappel ;
- ratio d'exploitation à au moins 12%
- somme annuelle des loyers n'excédant pas 32% du chiffre d'affaires

J'invite les propriétaires à vérifier eux- mêmes à partir des comptes résultats transmis par Appart City et à faire des simulations
" ...

TOUT N'EST PAS ROSE !

L'un d'eux évoque les promesses de rentabilité en ces termes " Le calcul EBITDA proposé a pour base le Chiffre d'Affaires. Il est vrai que le fisc n'a jamais relevé ce genre de procédé mais... il peut éventuellement le faire ; d'ailleurs dans le bail proposé, il est bien prévu que le bailleur puisse renoncer à cette clause.

Attention, le taux de l'EBITDA relève du rêve surtout si Appart City se lance dans les travaux tels que prévus au bail ( les clauses travaux feront exploser les charges des résidences, Appart City en prenant 50% à sa charge) et les frais actuellement payés par le siège "basculeront" vers les charges des résidences... Si 20 millions doivent être versés en 2017, pourquoi avoir attendu si longtemps pour réagir ? 2014 à 2017, les problèmes ne pouvaient que se multiplier...

Et ne serait-il pas plus logique, si Appart City est certain de redresser la situation, de verser immédiatement ces 20 millions, de payer les dettes ? Il suffisait de faire un avenant aux baux, avec une baisse de loyer en contrepartie d'une clause résolutoire. Pourquoi attendre ? "


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Martine Denoune 1924 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines