Magazine

Les mots d'amour de Francis...

Publié le 19 janvier 2017 par Lawrence Desrosiers
À chaque amour que nous ferons (Francis Cabrel)
Je me noierai dans tes étreintes Dans tes vallées, tes sillons Tes merveilleux labyrinthes Et tes mystérieuses plaintes À chaque amour que nous ferons Le rouge de ta bouche peinte enflammera l’horizon Jusqu’aux étoiles presque éteintes On y trouvera nos empreintes Et de là, nous nous perdrons
Le monde peut dormir tranquille Il ne fait qu’un rêve à la fois Des rêves à la fois, j’en fais mille Ils ont tes manières et ta voix Avant de recouvrir la Terre Chaque nouveau matin viendra Naître en dessous de tes paupières Et n’avancer qu’à ton pas
Tu feras fondre mes silences À envoler tous mes ballons Et s’écrouler en cadence Dans les vertiges qui avancent Tous mes soldats de plomb A chaque instant, tout recommence Chaque souffle un tourbillon Chaque geste une impatience La mort est la renaissance À chaque amour que nous ferons
Le monde peut dormir tranquille Il ne fait qu’un rêve à la fois Des rêves à la fois, j’en fais mille Ils ont tes manières et ta voix Avant de recouvrir la Terre Chaque nouveau matin viendra Naître en dessous de tes paupières Et n’avancer qu’à ton pas
Les enfants auront ton sourire Ceux qui viendront, ceux qui sont là Pour nous empêcher de grandir Il ne restera qu’à choisir Le fou qui annoncera pour moi Le seul secret que je peux dire Le jour qui se lève vient de toi
Je me noierai dans tes étreintes Dans tes vallées, tes sillons Tes merveilleux labyrinthes Et tes mélodieuses plaintes À chaque amour que nous ferons Le monde peut dormir tranquille

Lo x

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lawrence Desrosiers 2123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte