Magazine

Le palmarès de la violence urbaine

Publié le 24 juin 2008 par Micheljanva

" Qui sera le 5 000 000ème lecteur? | Accueil | Le château du Roi-Soleil s'obscurcit "

24 juin 2008

Le palmarès de la violence urbaine

publie l'état des violences dans les quelque 400 agglomérations de 20 000 habitants et plus, d'après les chiffres de la PJ, du moins ceux ayant abouti à une plainte ( pdf : par département ; par taux de violence). Le pompon revient à la Seine-Saint-Denis, le fameux 93 : Saint-Denis, Aubervilliers, Stains, La Courneuve, Saint-Ouen, Bobigny, Aulnay-sous-Bois détiennent les plus fort taux de violence.

Si les actes crapuleux enregistrent une baisse de plus de 10 % sur les 12 derniers mois, avec un peu plus de 100 000 vols avec violence au total, les violences non crapuleuses, en revanche principalement les coups et blessures volontaires , ont encore augmenté de 3,8 % en un an, faisant près de 10 000 victimes supplémentaires, soit un total de 224 000 faits. Alain Bauer explique cette explosion de violence "gratuite" :

" les bandes veulent conserver le contrôle de leur territoire. [...] L'augmentation de la violence entre individus peut si­gnifier que les gens n'ont plus assez confiance dans les institutions et se font justice eux-mêmes, en réglant leurs problèmes physiquement. C'est la violence pure, celle qui trahit la dégradation du climat social. [...] La hausse des violences physiques non crapuleuses se vérifie partout ou presque : en Grande-Bretagne, en Italie, en Espagne, en Allemagne, surtout dans la partie orientale du pays, et même dans les pays nordiques. [...] Partout en Occident, nous vivons avec des règles morales du XVIIIe siècle, un Code pénal du XIXe, une police du XXe et une criminalité violente du XXIe siècle. Nos réponses sont tout simplement inadaptées."

Michel Janva

Posté le 24 juin 2008 à 08h09 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Société

Commentaires

Eh bien M. A. Bauer ne manque pas d'air, car ce sont bien les loges fraternelles, dont il a été le grand maître, qui ont partout aidé à créer ces situations de violence en encourageant systématiquement l'immigration de peuplement et en favorisant la non-intégration de ces populations non-européennes pour en finir avec les nations européennes et chrétiennes honnies. Au nom de leur utopie mondialiste qu'ils poursuivent cependant inlassablement et avec acharnement.
L'arroseur arrosé qui verse des larmes de crocodile...

Rédigé par : amdg | 24 juin 2008 09:00:07

Vous n'avez pas mis la suite, la solution préconisée par Alain Bauer, et là c'est encore plus beau...
8/06/24/01016-20080624ARTFIG00278-alain-bauer-l-agressivite-augmente-entre-individus.php

Paroles de franc maçon...


Et quel est le sens de cette dégradation généralisée ?
Partout en Occident, nous vivons avec des règles morales du XVIIIe siècle, un Code pénal du XIXe, une police du XXe et une criminalité violente du XXIe siècle. Nos réponses sont tout simplement inadaptées.


Quelle est la solution ?
Dans le traitement des causes. Voyez le problème de la violence des mineurs. Plus l'absentéisme scolaire augmente, plus la part des mineurs dans la violence augmente dans le même secteur géographique. Mais le système y contribue paradoxalement : en France, la sanction suprême est l'exclusion de l'enfant qui ne respecte pas la règle. Alors qu'une réponse consistant à l'obliger à revenir à l'école durant les pé­riodes de congé et les week-ends s'il le faut aurait des résultats bien plus efficaces. Mieux vaut toujours un enfant à l'école qu'en ­prison... Il faudrait un vrai en­ga­gement des éducateurs. Notre système fonctionne souvent à l'en­vers."

Etrange solution préconisée aussi qui fait de l'école une sorte d'univers carcéral où les enfants seraient à peu près sous contrôle sans être vraiment en prison. Si c'est là la seule ambition de l'"Education Nationale".... Mais des parents, de la morale.. quid ?

Rédigé par : Athanase | 24 juin 2008 09:38:50

Croyez-vous vraiment que les profs vont accepter de revenir pendant leurs congés pour surveiller des élèves ? pensez-vous d'ailleurs que lesdits élèves se présentent ? quand on ose frapper son prof, on ose aussi faire l'école buissonnière... les solutions sont ailleurs, mais où ?

Rédigé par : Pierre | 24 juin 2008 10:51:03

Comment se fait-il que les gens n'aient plus confiance dans les institutions ? Comme c'est étrange...

Rédigé par : vd | 24 juin 2008 11:19:43

On pourrait punir les jeunes délinquants en les enfermant le W-E dans le décor sinistre des loges maçonniques : frissons garantis.

Rédigé par : Pascal G. | 24 juin 2008 12:07:27

Mais d'ou vient cette deliquescence de la societe depuis la revolution francaise?

Rédigé par : Francoisdesaintjean | 24 juin 2008 14:20:50

"Partout en Occident, nous vivons avec des règles morales du XVIIIe siècle, un Code pénal du XIXe, une police du XXe et une criminalité violente du XXIe siècle. Nos réponses sont tout simplement inadaptées."

En effet, avant on arrêtait et on condamnait les coupables, comme on l'a toujours fait depuis que l'état existe, soit depuis au moins 5000 ans.

Aujourd'hui, on laisse faire les criminels et on prétend alors que la criminalité augmente et que l'état ou le gouvernement national ne sont plus adaptés. Lumineuse la démonstration d'Alain Bauer, (franc-maçon).

Rédigé par : Phil | 24 juin 2008 19:21:09



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte