Magazine Politique

Baisse du pouvoir d'achat: Mais de quoi parle t-on ?

Publié le 24 juin 2008 par Careagit
Allucinant. Nicolas Sarkozy et son gouvernement se dotent d'instruments de communication, pis, c'est de la publicité. Oui, L'Etat français fait sa pub à la télé, en radio et en presse écrite, entre un paquet de biscuit et des serviettes hygiéniques sans que cela ne choque personne (Sauf les habituels réac' anti-sarkozystes, qui pour le coup ont bien raison). La chose publique est décidément décomplexée, désacralisée et probablement vidée de toute matière grise, l'Etat use et désormais abuse du tunnel idéologique qu'est la télévision pour faire passer ses messages. Petite parenthèse, je suis à ce propos de plus en plus frappé par la superposition quasi-parfaite de la politique de Nicolas Sarkozy sur celle qui fut mise en place après l'élection de François Mitterrand. Main mise sur les médias (remplacements en masse), communication télévisuelle (souvenons nous que Mitterand est à l'origine de plusieurs séries (l'Instit de mémoire) vantant les mérites du métier d'enseignants), soutient médiatique aux extrêmes, Nicolas Sarkozy fut éduqué politiquement sous le règne de Mitterrand, il en applique aujourd'hui les "bonnes" ficelles.
Au bout de tout cela, un amer sentiment de voir son pays se battre contre lui même, dont l'establishment est passionnément lancé dans une course aux sondages favorables, en quête désespérée de signes de reconnaissance provenant de la plèbe.
C'est dans ce contexte que nous reparlons du Dieu Pouvoir d'Achat... Il faut bien faire "connecté" aux sujets quotidiens... Il y a des jours comme cela où les statistiques prouvent à quel point elles peuvent être instrumentalisées au profit de n'importe quelle démonstration idéologique. Elles ne sont en fait que de simples outils qui, adaptés à des situations variées peuvent dire tout et son contraire. Exemple.
En surfant ici ou là, vous apprendrez d'abord par une dépêche AFP datée de quelques jours que le pouvoir d'achat recule, mis sous pression par une inflation plus que conséquente et ce malgré une augmentation du salaire de base de 2.7% en glissement annuel. Pas trop étonné, vous continuerez votre route et tomberez sur cette page, Made in INSEE (Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques) dans laquelle vous apprendrez que sur la même année (de 2007 à 2008, histoire de comparer les deux études sur la même période) les dépenses des ménages progressent de 2.0% offrant de merveilleuses niches de croissance (11% en "équipement du logement"). On peut moins acheter mais on achète plus ?
Évidemment si l'on fouille un peu l'on trouvera des pondérations dans un sens comme dans l'autre. Ce qui me choque dans cette affaire, c'est sans nul doute l'étonnante croissance de la consommation des ménages dans un pays qui semble, d'après les dires de tous, au bord de l'appauvrissement généralisé. Nicolas Sarkozy s'est - à tord - autocourroné Roi du pouvoir d'achat, sûrement confiant de pouvoir solutionner en partie le problème au cours de son quinquennat. Dommage qu'il n'ai pas prévu une telle inflation, car d'un problème crée, nous en arrivons un problème effectif.
C'est le pouvoir d'achat le problème on vous dit, désormais, on vous le répète même matins et soirs.
Allez, heureusement que Ségolène est encore là pour distribuer ses idées à qui de droit.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Careagit 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines