Magazine

Reliure

Publié le 23 juin 2008 par Adamantane
Reliure J'ai totalement oublié pourquoi ce papier avait été stocké, vide, dans la méticuleuse mémoire du système.
L'art de la reliure ne me laisse en effet pas indifférent, et j'ai pris la peine de faire relier, dans diverses matières, toiles ou cuirs, des ouvrages que je voulais ainsi soit rendre aptes à de studieuses et nombreuses lectures, soit honorer en leur délivrant, tout livres qu'ils soient,  une élégante  livrée .
Le vocabulaire de la reliure a ses mystères. Pourquoi comète – sinon en relation avec les cheveux près de la tête ? – ou mors – sinon par extension métonymique des mors de l'étau à endosser aux empreintes qu'il laisse dans l'architecture du livre ? –.





L'un assemble les mots, Décompte les sanglots, Met la rime au cachot.
L'autre, d'une encre oblique, Mêle un azur magique
Aux sables héraldiques.
Le dernier coud les pages :
Nervures et collages Recomposent l'ouvrage.
Puis, le livre achevé, Ils n'ont qu'à la rêver, Captive, captivée,
Entrouvrant la reliure, Caressant la gravure, Et goûtant l'écriture.   Crédits :
Le texte est extrait de l'ouvrage Le sculpteur d'eaux, de Jean-Pierre Desthuilliers, Prix Jacques Normand 1987 de la SGDL.  Il est titré La lectrice, ou L'un écrit, l'autre grave, qui relie ?
L'image provient du site Le livre dans la peau de Delphine Dejean, relieure à Saint-Quentin-La-Poterie, près d'Uzés, sous l'égide de la devise : La reliure artisanale c’est Relier pour Relire

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Adamantane 72 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte