Magazine High tech

Denuvo défend sa technologie DRM, détournée sur Resident Evil 7 en quelques jours

Publié le 06 février 2017 par _nicolas @BranchezVous

Mieux que rien

Denuvo défend sa technologie DRM, détournée sur Resident Evil 7 en quelques jours

Craqué à peine quelques jours après sa sortie, Resident Evil 7 sur PC a au moins pu profiter de sa période de lancement selon Denuvo.

Pour l'entreprise autrichienne Denuvo, qui domine le marché de la protection des jeux PC contre le piratage, la pilule est dure à avaler. Alors que sa technologie Anti-Tamper (anti-sabotage) a réussi à protéger les ventes de DOOM pour près de quatre mois avant d'être ultimement détournée, les pirates ont désormais rattrapé le terrain. Dans le cas de Resident Evil 7, qui bénéficie également de cette technologie, il n'a fallu que quelques jours à ceux-ci pour détourner les mesures mises en place pour bloquer l'accès à son système de gestion numérique des droits (DRM).

Denuvo rappelle qu'elle n'a jamais prétendu que sa technologie était impossible à détourner.

À noter que la technologie Anti-Tamper n'est pas un DRM en soi; il s'agit plutôt d'une couche visant à protéger ce type de système d'autrui, dans le but d'éviter qu'un pirate puisse le détourner, le trafiquer, ou le saboter.

Si d'importants groupes de pirates sont même allés jusqu'à prédire l'an dernier la mort du piratage des jeux PC en réaction à la technologie employée par Denuvo, l'entreprise rappelle qu'elle n'a jamais prétendu que sa technologie était impossible à détourner.

"Veuillez noter que nous avons toujours maintenu que notre solution Anti-Tamper était difficile à craquer, et non pas incraquable", a déclaré le directeur de marketing de Denuvo, Thomas Goebl, au blogue Eurogamer. "Jusqu'à présent, seul un groupe de pirate est parvenu à la contourner."

Denuvo insiste toutefois sur le fait qu'elle apportera des modifications à sa technologie afin que les éditeurs puissent continuer de bénéficier de ses avantages.

"Comme toujours, nous continuons de travailler à l'amélioration de notre solution par le biais de mises à jour de sécurité pour les prochaines versions d'Anti-Tamper. Nous ferons de même en apprenant de ce détournement."

"Il est exact que le titre en question [ Resident Evil 7] a été craqué quelques jours après son lancement. Étant donné que chaque titre non protégé est craqué le jour de sa sortie - ainsi qu'après chaque mise à jour - notre solution a fait une différence pour ce titre", croit Goebl.

Essentiellement, aux yeux de Denuvo, sa technologie demeure la meilleure sur le marché, et ce sera toujours mieux que rien.

Des éditeurs retirent Anti-Tamper, jugée inefficace

À noter que certains éditeurs ont simplement choisi de retirer Anti-Tamper de leurs jeux après avoir été personnellement victime de son inefficacité. Un porte-parole de Denuvo a toutefois tenu à apporter des précisions à Ars Technica concernant son retrait sur un titre en particulier, DOOM :

"La simple raison pour laquelle Anti-Tamper a été retiré de DOOM est qu'elle avait accompli son but en gardant le jeu à l'abri du piratage à l'intérieur de sa période de lancement. La protection de DOOM a tenu près de quatre mois, ce qui est une réalisation impressionnante pour un jeu tant convoité."

"Nous ne pouvons pas commenter concernant les partenariats que nous entretenons avec nos clients, mais nous pouvons affirmer que nous n'offrons aucun remboursement si un jeu est craqué selon un échéancier préétabli. Néanmoins, chaque éditeur est bien entendu libre de retirer notre technologie Anti-Tamper de leur titre une fois qu'ils ont l'impression que celle-ci a atteint son objectif de protéger des ventes de la période de lancement, ou pour tout autre motif, comme le déploiement de leur jeu sur des boutiques dépourvues de DRM."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine