Magazine Politique

L’homme qui valait trois milliards, Léon LEWALLE

Publié le 24 juin 2008 par Mj1729

lewalle

Il y avait l’homme libéral qui parlait à l’oreille des riches, Léon Lewalle était l’homme puissant et discret qui tendait l’oreille aux murmures des hommes politiques…

Du procès judiciaire de Léon Lewalle, en passant par l’honnête position de Rudy Aernoudt dans un tout autre genre, le monde politique va-t-il gagner en intention de rétablir une démocratie irréprochable, un milieu politique purifier de ses malversations… ?

 L’été sera chaud pour ne pas dire très tendance sur les redresseurs de tords politiques, qui se mettent à écrire des livres, qu’ils s’agissent de Rudy Aernoudt (*) ou de l’ex-inculpé de l’assassinat d’André Cools, mais condamné pour fraude, Léon Lewalle, pour ramener sans doute les milieux politiques aux vertus de la démocratie, d’autant que les citoyens sont de plus en plus septiques sur les pratiques des décideurs, une belle occasion d’essayer de réconcilier la démocratie et la politique, du moins si ces contributions et interpellations aux yeux des citoyens, pouvaient leur permettre de retrouver leurs lettes de noblesse…

En attendant le citoyen pourra s’inspirer, par ses pieuses lectures estivales, de la raison d’être de notre Etat, de son monde politique, de ses magouilles, de ses profits, de ses détournements de fonds pour ses petits intérêts personnels, de ses dépenses inutiles comme décrites par Rudy Aernoudt, en portant le fer dans la « culture des cabinettards » qui met en évidence les séries incroyables de dysfonctionnements et d’abus en tout genre, qui pourraient faire épargner à l’Etat pas loin de 10 milliards d’euros chaque année… !

La seule manière de faire bouger les choses, c’est encore d’en parler, par des ouvrages de dénonciations, de préférence d’hommes intègres qui prennent la liberté de poser les bonnes questions, en y apportant des faits objectifs et avérés, car seule la vérité pourrait guider les décideurs politiques vers la seule motivation pour le bien commun et redevenir de vrai(e) s hommes ou femmes d'Etat.

Utopique ou pas, c’est cela qu’il faut dans notre Etat, si l’on veut le changement ?

Pour le livre évènement qui sort le 26 juin, signé Léon Lewalle dans «  Je valais trois milliards », ex-numéro un de la SMAP, condamné depuis, il faut s’attendre à un règlement de compte entre un certain monde politique tout parti confondu (pour l’époque) pas si éloigner du temps avec les affaires de Charleroi, cela promet de belles retombées médiatiques avec les précisions de Léon Lewalle, du style : « Une caisse noire alimentait, dit-il, les politiques et leurs actions: il fallait graisser la patte notamment à de grandes personnalités hennuyères et carolo… ».

Léon Lewalle détaille dans cet ouvrage à paraître, le mécanisme, les noms de ceux qui ont bénéficiés de cette largesse de la caisse noire de la Smap.

Et là, cela devient carrément croustillant: « J'ai été le témoin privilégié, écrit-il, des remises d'enveloppes. Le conseil d'administration de la Smap était composé de 48 personnalités politiques, toutes ont eu à un moment des largesses ».

Il se souvient d'une rencontre avec Richard Carlier et Jean Claude Van Cauwenberghe, bourgmestre à l'époque fort soucieux de l'avenir de son cabinet d'avocat « La province doit renouveler des polices, 20 millions de contrats. Nous passerons à la concurrence parce cette autre compagnie met un bâtiment à notre disposition et nous aide en argent. Alors, dans un restaurant, Van Cau aurait développé un exposé humaniste, sa véritable passion pour l'essor de sa grande ville et son action au profit de la population. » Il attira toutefois mon attention, poursuit Lewalle, sur l'absolue nécessité de maintenir son cabinet en activité...

Mais il n'y aurait pas que Van Cau: « Philippe Maystadt a reçu, écrit Lewalle, 6 millions pour l'ex-PSC, le PRL 6 millions, Richard Carlier 2 millions et demi, Jean-Claude Van Cauwenberghe 2 millions".

En tout, Léon Lewalle admet avoir distribué 88 millions d'anciens francs en six ans.

Déconcertant d’apprendre par le lancement du livre de Léon Lewalle que de telles pratiques existent dans tous les partis traditionnels, y compris ceux qui ont changé de dénominations PSC et PRL… !

(*) "Péripéties d'un cabinettard. Politique et abus de pouvoir", Roularta Books


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Mourzouk
posté le 17 juillet à 12:42
Signaler un abus

Ce Lewalle est un ... Son livre est un tissu de mensonges. Le personnage est sulfureux et diabolique.

A propos de l’auteur


Mj1729 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines