Magazine Europe

Chut ! Klaus Michaël Grüber « quitte le plateau »

Publié le 24 juin 2008 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com
Mardi, 24 Juin 2008 18:54

Par Caroll de Maistre

« Le spectacle doit finir... La mort n'est pas une chose féroce. Il faut bien quitter le plateau » Klaus Michaël Gruber vient de s'éteindre, discrètement, à l'âge de 67 ans, dans sa maison de Belle Ile en Mer. Metteur en scène européen de théâtre et d'Opéra, l'un des plus grands noms de la scène allemande, ce géant a rejoint le lieu du noir et du silence.

Chut ! Klaus Michaël Grüber « quitte le plateau »

Sous son mutisme, ce timide intimidant, plus économe de sa personne que de son art, recélait de qualités rares : profondeur des vues, pertinence de la pensée, refus des postures et des artifices, approche poétique des hommes et de la vie... Respect extrême des textes , des Paroles plus précisément, et des comédiens. Un « porteur de rêves », a-t-on écrit. « Un  passeur d'ombres et de lumières, de fureurs retenues, de tendresses contenues ». « Un explorateur des marges de la vie   et des limites du théâtre »  

Ceux qui ont travaillé avec lui reconnaissaient avec admiration cette qualité du peu dire, mais du bien dire. Ces phrases superbes comme « Il faut passer au travers des larmes », « la grimace de la pudeur, « il faut pleurer à l'intérieur » ne disait-il pas à André Wilms jouant Robespierre dans la Mort de Danton « une larme à l'œil gauche », « je veux entendre chaque parole comme un caillou sur tes dents »

De 1969 à 1972, il fut l'assistant de Giorgio Strelher, autre géant, autre mage de la scène,  au Piccolo teatro de Milan. Il revient en Allemagne. Il fera de la  Schaubühne de Berlin,  avec son ami Pierre Stein, l'un des phares de l'art dramatique de l'époque dite moderne, avec, notamment,  « les bacchantes » d'Euripide.

D'Allemagne aussi il est venu avec « Amphitryon » de Kleist, et « Jutta Lampe » Au  Festival d'Automne à Paris, il brillera : Son « Faust » avec Minetti, « La Mort de Danton » de Buchner, avec André Wilms, Splendid's de Genet, le récit de « la servante « Zerline » d'Hermann Broch avec Jeanna Moreau et sa Bérénice au Français en 1984 avec Ludmilla Mikaël. Un Racine presque silencieux

Ces dernières années, Klaus Michael Gruber a surtout signé des opéras, dont une « Traviata » à Paris et « le couronnement de Popée » de Monteverdi.

Le géant s'est endormi. « Chut, tout est toujours trop fort ».

Caroll de Maistre

Commentaires (0)
Add Comment

Ecrivez un commentaire Auteur Email Titre Commentaire <span style="cursor:pointer" class="smalltext" onclick="jcResizeComment(-65);">Réduire l'éditeur</span> | <span style="cursor:pointer" class="smalltext" onclick="jcResizeComment(65);">Agrandir l'éditeur</span><br/> </div> <!-- Subscribe via email --> <!-- End subscribe via email --> <!-- Submit Policy --> <!-- End submit policy --> <div> <button class="button" onclick="addComments(); return false;" id="jc_submit">Ajouter un commentaire</button> </div> <noscript> <div> Please enable JavaScript to post a new comment </div> </noscript> <input type="hidden" id="jc_contentid" value="3727" name="jc_contentid"/> <input type="hidden" id="jc_sid" value="1ed3da799dd2" name="jc_sid"/> <input type="hidden" id="jc_task" value="add" name="jc_task"/> <input type="hidden" id="jc_isajax" value="0" name="jc_isajax"/> <input type="hidden" id="jc_option" value="com_content" name="jc_option"/> </form> </div> <!-- Input form end --><br/><script type="text/javascript"> jc_loadUserInfo(); </script><img src="http://www.relatio-europe.eu/components/com_jomcomment/busy.gif" style="visibility:hidden;display:none;" alt="busy"/><!-- JOM COMMENT END --> <table align="center" class="pagenav"> <tbody><tr> <th class="pagenav_next"> <a href="/la-revue/esprits-deurope/117-esprit-deurope/3591-francois-fetjoe-militant-de-la-liberte">Suivant ></a> </th> </tr> </tbody></table></td> </tr>

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :