Magazine

Hay fever et médecine chinoise

Publié le 24 juin 2008 par Spicyhotpot

Voila plus de deux semaines que je bataille avec un bon rhume des foins (hay fever en anglais, hay signifiant ‘foin’) … Même en Angleterre l’été me rattrape.

Comme d’habitude j’ai commencé par prendre les médocs anti-allergies du commerce, et comme d’habitude l’effet principal fut de me plonger dans un état second (je ne sais pas ce qu’ils mettent dans ces cachets mais c’est du dûr).

Il se trouve que nous avons une herboristerie chinoise dans notre petite ville (pas un restaurant en vue, mais ça on a). Je n’ai donc pu échapper, forcé par ma femme, au rituel du verre d’eau chaude accompagné dans le cas présent de, très exactement, 27 petites pilules marrons-noires, deux fois par jours:

  • 12 pilules contre l’inflammation nasale (特效鼻炎丸 [tèxiào bíyán wán]) contenant 6 plantes, 
  • 15 pilules dont je ne sais pas trop l’effet (防风辛夷丸 [fángfēng xīnyĺ wán]) contenant 11 plantes.

Soit 54 pilules par jour…

Par curiosité, j’ai fait quelques recherches sur le net:

D’après les noms et les ingrédients, il semblerait que les principaux composants de ces pilules soient: la fleur de Magnolia liliiflora (辛夷 [xīnyĺ], une sorte de magnolia), la racine de Ledebouriella seseloides (防风 [fángfēng]), le fruit du Xanthium sibiricum (苍耳子 [cāngěrzi], une sorte de lampourde) et les feuilles de Selaginella tamariscina (卷柏 [juànbăi], apparemment la ‘rose de Jéricho’).

Je sais maintenant quelles plantes acheter pour décorer le salon ou le jardin et me soigner à moindre coût…

La médecine chinoise étant à action lente, l’herboriste a conseillé de commencer le traitement trois semaines à un mois avant l’apparition des symptômes. J’essaierai de m’en rappeler l’année prochaine.

Je ne m’étendrais pas sur le prix exorbitant auquel sont vendus ces médicaments (importés de Chine)… Mais disons qu’au prix de ces deux flacons de pilules, j’aurais pu profiter des effets d’une autre drogue herbe médicinale ;-).

Ah, j’oubliais qu’en plus de ces pilules je dois aussi prendre des pilules d’huile de poisson (omega 3 du commerce) sensées aider le processus. Autant dire que toutes ces pilules font office de petit déjeuner.

Cela fait une semaine que je suis le traitement et je dois dire que cela commence à aller (un peu) mieux. Est-ce dû aux médocs ou à autre chose, je n’en sais rien…

En tout cas ces pilules sont plus digestes que les décoctions chinoises traditionelles:
J’habitais a Pékin en 2003 pendant l’épidemie de SRAS et mon employeur, soucieux de notre santé, avait distribué un remède acheté chez une célèbre chaine d’herboristerie et médecine chinoise (同仁堂 [tóng rén táng]).

Ces préparations venaient sous forme de pochettes en papiers contenant champignons, herbes, racines, etc. séchés. Il fallait faire une tisane (attention: dans un pot en terre et absolument pas en métal) avec le contenu de ces pochettes et le boire… Pour moi, le goût était tel que boire cela en respirant déclenchait immédiatement le reflexe de vomissement. Je devais donc retenir mon souffle, boire d’un trait et attendre quelques secondes que ça ‘descende’ pour y arriver. Malgré tout, je sentais mon estomac gargouiller pendant les 5 minutes suivantes!

J’avais plaisanté avec mes collègues que c’était surement une conspiration du gouvernement pour améliorer les statistiques de l’épidemie: toute personne survivant à une semaine de ce traitement n’avait certainement rien à craindre du SRAS!
Cela ne les avait pas fait rire…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Spicyhotpot 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog