Magazine Science & vie

La société Hopewell ou comment la culture peut rendre l'homme moins violent

Publié le 12 mars 2017 par Jann @archeologie31
Les hommes sont-ils violents de façon intrinsèque, ou bien cette violence est-elle le fruit de la culture dans laquelle ils ont grandi ?
La société Hopewell ou comment la culture peut rendre l'homme moins violent Culture Hopewell: Le Mound City Group à Chillicothe, dans l'Ohio. Source: Wikipédia
Une équipe de biologistes espagnols menée par Jose Maria Gomez, de l'Université de Grenade, ont étudié les racines évolutives de la violence mortelle humaine et publié leurs résultats dans le journal Nature.
Gomez et ses co-auteurs ont examiné les niveaux de violence létale de 1024 espèces de mammifères et parmi plus de 600 populations humaines, d'il y a 50000 ans à nos jours.
L'équipe défini la violence létale comme "la probabilité de mourir suite à la violence de la même espèce comparé à toutes les autres causes". Elle a calculé que la fréquence moyenne de violence mortelle chez les mammifères était de 0.3%. Chez les hommes ont avoisine les 2%...
Les chercheurs ont découvert que les niveaux de violence létale dans les tribus et groupes préhistoriques ne diffèrent pas de manière significative de ce qu'ils ont trouvé parmi les animaux mammifères qui étaient, comme nous, sociaux et territoriaux. Ce serait une preuve que les hommes ont "hérité de leur propension à la violence".
Les chefferies, qui sont des sociétés avec une structure sociale hiérarchique généralement soutenue par une agriculture intensive, étaient, cependant, plus violentes que ce à quoi on s'attendait. Gomez et ses co-auteurs suggèrent que ces hauts niveaux de violence ont été causés par une combinaison de facteurs tels que "les disputes territoriales, la pression des ressources et de la population, et la compétition pour les statuts politiques".
Ce que nous savons des anciennes cultures de l'Ohio, confirme en général les conclusions de Gomez et son équipe.
Robert Mensforth, anthropologue biologiste à l'Université d'Etat de Cleveland, a documenté des preuves de violence létale parmi les bandes et tribus qui vivaient dans l'Ohio et les états environnants, il y a entre 3000 et 5000 ans. Ces preuves comprennent des pointes de flèches fichées dans des squelettes et des traces d'entailles sur les crânes indiquant que la personne avait été scalpée.

Une baisse notable de la violence létale sous la culture Hopewell


Cependant quelque chose d'inattendu s'est passé dans le sud de l'Ohio vers le 1er siècle après JC et ce pendant quelques siècles. Au cours de cette période, la culture Hopewell a créé des extraordinaires édifices en terre et de fabuleuses œuvres d'art; et elle a maintenu un réseau social et religieux qui a couvert la moitié du continent.
Réseau d'échange de la culture Hopewell Réseau d'échange de la culture Hopewell. source: Wikipédia
Ce qui est remarquable est, qu'au cours de cette période, il y a très peu de traces de violence mortelle.
Les Hopewell ne vivaient pas dans des chefferies,  mais il ne semble pas non plus qu'ils auraient pu réaliser ce qu'ils ont fait si leurs sociétés n'étaient organisées qu'au niveau des bandes et des tribus.
Après la culture Hopewell et l'apparition des chefferies, il y a eu une augmentation marquée de la violence létale, aussi observée dans le monde entier par Gomez et ses collègues.
Les gens se rassemblaient de plus en plus dans de grands villages défendus par des palissades. Nombre d'habitants enterrés dans ces villages avaient des blessures traumatiques, comme des pointes de flèches dans leur squelette.
Pipe en os, culture Hopewell Pipe en os. Source: Wikipédia
La culture Hopewell nous montre que, bien que nous ayons hérité d'une tendance génétique à la violence létale, notre culture, incluant nos choix collectifs sur la façon dont nous devons nous comporter envers l'autre, nous montre qu'elle peut aussi nous rendre moins violent que nos cousins mammifères. Bien sûr, comme le montrent de nombreux exemples, la culture peut aussi nous rendre plus violent...
La culture Hopewell a ainsi encore beaucoup à nous apprendre...
Source:

Derniers articles sur les amérindiens:

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jann 111124 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine